• Des métiers à risque pour les apnéiques

    Certains emplois peuvent perturber le sommeil plus que d’autres en affectant le rythme normal du sommeil, ce qui a des effets néfastes sur la santé à long terme. Les travailleurs de quarts sont particulièrement affectés; ils ont deux fois plus de risques d’être atteints d’apnée du sommeil que d’autres travailleurs.
    Un sommeil inadéquat causera de la somnolence au travail, ce qui comporte des risques importants d’accidents. La somnolence est la plus importante cause de décès au travail. Les personnes atteintes d’apnée du sommeil non traitée ont un risque sept fois plus élevé d’accident de la route ou du travail causé par la somnolence diurne.

    Exemples de métiers à risques pour les personnes souffrant d’apnée du sommeil :

    • camionneur,  chauffeur d’autobus ou de train,
    • pilote d’avion, contrôleur aérien,
    • opérateur de machinerie lourde,
    • opérateur de machinerie dangereuse en usine,
    • employés de quarts de travail, etc.

    Si vous êtes travailleur de quart ou pratiquez un métier à risque et vous pensez être atteint de l’apnée du sommeil, protégez-vous et protégez les autres et consultez votre médecin.

    La conduite automobile et l’apnée du sommeil.

    • Au Québec, un accident de la route sur 5 (20%) serait dû à la somnolence.
    • Les personnes souffrant d’apnée du sommeil non traitée ont 7 fois plus de risque d’avoir un accident de la route lorsqu’elles sont au volant.
    • Les accidents causés par des conducteurs qui tombent endormis sont souvent graves et peuvent causer des blessures sérieuses. La National Sleep Foundation américaine évalue que, chaque année, plus de 100 000 accidents de la circulation se produisent à cause de la somnolence au volant. Cela correspondrait à environ 71 000 blessures et 1 500 décès qui auraient facilement pu être évités.
    • Certains comparent la somnolence au volant à l’alcool au volant. Des études ont démontré que le temps de réaction d’un conducteur somnolent est pire que celui ayant un taux de 0,08 % (g d’alcool/litre de sang, qui correspond à la limite légale dans plusieurs états et provinces).
    • Des simulations chez des jeunes adultes ont démontré que la performance derrière un volant après 18 heures d’éveil serait la même qu’avoir un taux d’alcoolémie de 0,05 %.
    • Les états de micro-sommeil qui peuvent se produire pendant la conduite d’un véhicule peuvent ne durer que quelques secondes mais cela est suffisant pour causer un accident.
    • Selon les études, les patients apnéiques présentent de 2 à 10 fois plus de risques d’avoir un accident.
    • Une personne avec un indices d’apnées/hypopnées (IAH) supérieur à 15/hre augmente son facteur de risque de 7,3 fois.
    • La somnolence au volant augmente les risques d’avoir un accident de 8,2 (Connor et al. 2001)
    • Avoir dormi moins de 5 heures par nuit et conduire entre 2 et 5 heures du matin sont des risques d’accident reconnus.

    Selon une étude française (ASFA, 2007) :La somnolence chez les camionneurs souffrant d'apnée du sommeil

    • 30% des conducteurs se disent victimes de somnolence au volant;
    • 28% des conducteurs souffrent de somnolence au moins une fois par an et 47% en souffrent la nuit;
    • 4% déclarent avoir eu « presque un accident » dû à la somnolence dans la dernière année.

    Chauffeurs commerciaux et professionnels

    • Une étude australienne menée auprès de conducteurs commerciaux révèle que 60% rapportent des trouble respiratoire du sommeil et 16% souffraient d’apnée du sommeil. De plus, 22% des conducteurs se plaignaient de somnolence (test d’Epworth).
    • D’autres études américaines rapportent que 18% des chauffeurs commerciaux et 10% des chauffeurs de poids lourds sont affectés par l’apnée du sommeil (IAH supérieur à 30/hre).
    • 20% des chauffeurs de longues distances rapportent une somnolence au volant dont 17% mentionnent avoir eu un « presque accident » dû à cette somnolence.
    • 50% des camionneurs auraient une « dette de sommeil » pendant leur travail;
    • Une étude australienne révèle que :
      • 40% des chauffeurs commerciaux souffrent d’apnée du sommeil, ce qui double leur risque d’avoir un accident;
      • 16% de ceux-ci sont catégorisés comme des apnéiques sévères;
      • 50% étaient obèses, 50% des fumeurs et 20% souffraient d’hypertension, tous des facteurs aggravent leur condition d’apnée du sommeil.
    • On estime que la somnolence est responsable de 57% des décès chez les camionneurs.

    Aux États-Unis, des tests d’apnées sont obligatoires dans certains états pour obtenir un permis de conduire pour camionneurs, chauffeurs d’autobus, etc.

     

    Autres métiers

    Policiers

    • Une étude (2011) révèle que 40% des  5,000 policiers questionnés au Canada et aux États-Unis souffriraient d’apnée du sommeil, d’insomnie ou d’autres troubles du sommeil, ce qui est un taux deux fois plus élevé que celui de la population générale.
    •  Ceux qui avaient au moins un trouble du sommeil avaient une incidence plus élevée de dépression, « burnout », problèmes cardiaques et diabète.
    •  25% rapportaient s’endormir au volant (somnolence) au moins une fois par mois, mettant leur sécurité et celle du public à risque.

    Pilotes d’avion

    Les pilotes d'avion souffrent souvent de somnolence qui affecte leur travail

    • Les pilotes d’avion sont plus susceptibles d’être somnolent au travail d’après le National Sleep Foundation américain.
    • 1 pilote sur 4 (25%) avoue que la somnolence affecte son travail au moins une fois par semaine. Ce taux est de 17% chez les travailleurs hors du domaine du transport.
    • 1 pilote sur 5 avoue que la somnolence lui a fait faire une grave erreur au travail. Ce taux est de 14% chez les camionneurs.
    • Malgré leurs efforts d’avoir assez de sommeil, 10% des pilotes sont quand même classifiés comme « somnolents » au travail.
    • À à de telles études, la Federal Aviation Administration (FAA) américaine vient passer une loi pour obliger les pilotes à avoir des quarts de travail plus courts et les à séparer des quarts de travail de 8 heures d’une période de repos d’au moins 10 heures.

    Accidents célèbres reliés à la fatigue

    • Tous se souviennent ou ont entendu parler de ces célèbres accidents;Explosion de la navette spatiale Challenger en 1989
      • l’explosion de la navette spatiale Challenger (1986),
      • l’accident à la centrale nucléaire de Chernobyl en Ukraine (1986),
      • le naufrage du super-pétrolier Exxon Valdez (1989).
    • Ce qu’on sait moins est que tous les rapports d’enquête ont incriminé la fatigue comme étant un facteur clé dans la cause de ces accidents.
      • Les responsables du lancement de la navette spatiale n’avaient dormi que 2 heures dans les 24 heures précédant le lancement. La fatigue aurait altéré leur jugement.
      • Le copilote de l’Exxon Valdez a dû demeurer en poste pendant 48 heures avant l’accident avec moins de 6 heures de sommeil car il remplaçait le pilote qui était ivre;
      • Le personnel de surveillance de nuit à la centrale de Chernobyl a fait une série d’erreurs critiques entre minuit et 1h30, moment où la période de somnolence est importante. (1)
    • Un rapport récent (avril 2012) dans l’enquête d’un autre navire s’étant échoué en Australie (2010) a conclu à une cause similaire à celle de  l’accident de l’Exxon Valdez, soit que le responsable de bord n’avait dormi que seulement 3.5 heures dans les 21 heures avant le naufrage. (2)

     

    Des exemples plus récents et près de chez nous

     

    Un vol d’Air Canada plonge de 120 mètres

    Lors du vol Montréal-Zurich d’Air Canada en janvier 2011 le boeing 767 fait un plongeon de 120 mètres, blessant 16 passagers. La conclusion de l’enquête du Bureau de la sécurité des transports; le copilote aurait fait une sieste trop longue. Il s’est réveillé de sa sieste et a repris les commandes trop rapidement. L’avion a alors plongé brusquement avant que le commandant de bord ne reprenne le contrôle de l’appareil.

     

     

    Trois cyclistes tuées par un impact avec un véhicule

    Trois cyclistes tués par un chauffeur endormi au volantPlus près de chez nous, le coroner vient de conclure (mai 2012) que l’accident qui a tué trois cyclistes dans la région de Rougemont en 2010 était causé par la somnolence du conducteur Voici un extrait d’un article de La Presse à ce sujet :

    • « Le conducteur somnolait au volant, c’est l’impact avec un premier cycliste qui l’a ramené à la réalité. Trop tard, les trois cyclistes qu’il a fauchées ensuite ont perdu la vie. Aucune accusation n’a été portée contre le conducteur puisqu’il n’avait pas commis de faute relevant du Code criminel. Pas d’alcool, de drogue, de vitesse excessive ni de cellulaire ».
    • « Le facteur principal expliquant la collision est l’état de somnolence du conducteur ».

    La fatigue responsable de la mort de 3 cyclistes à Rougemont

     

     

    Un conducteur souffrant d'apnée du sommeil e tue lors d'une collision

    Un conducteur apnéique mort sur le coup lors d’une collision

    Juillet 2011; un conducteur est mort sur le coup après être entré en collision avec un camion à ordures immobilisé le long d’une roue à L’Ange-Gardien, en Outaouais. Deux ans plus tard, la coroner qui enquêtait sur le dossier conclut que l’homme qui souffrait d’apnée du sommeil mais n’était pas traité s’est endormi au volant.
    Source : TVA Nouvelles

     

     

     

     

    Des conséquences potentiellement graves.

    Déclaration obligatoire – permis de conduire – assurance automobile

    • Bien que ce ne soit pas encore le cas au Québec, dans certaines provinces, états américains et pays, les médecins ont l’obligation légale de signaler aux instances gouvernementales, les patients qui constituent un risque au volant ainsi que ceux qui souffrent d’apnée et qui refusent de suivre un traitement.

    • La régie automobile peut suspendre votre permis de conduire jusqu’à ce que votre apnée du sommeil non traitée soit prise en charge.
    • Il se peut aussi que vous ayez à déclarer votre apnée du sommeil à d’autres agences.
    • Vérifiez avec votre compagnie d’assurance ou avec l’organisme qui s’occupe des permis de conduire dans votre province, afin de savoir quelles affections médicales doivent être déclarées.
    • Si vous souffrez d’apnée du sommeil et que vous ne suivez pas de thérapie avec un CPAP, votre assurance automobile peut refuser de vous indemniser si vous avez un accident causé par la somnolence et votre couverture d’assurance pourrait être annulée
    • Par contre, si votre apnée est bien traitée, vous conserverez votre droit de conduire.
    • Vous pouvez reprendre le volant, en toute sécurité, dès que vous êtes sous thérapie CPAP depuis une à trois semaines. Dès ce moment, votre risque d’accident de voiture est le même que pour les autres conducteurs.

    Note sur la thérapie avec CPAP : L’appareil CPAP doit être utilisé pendant toute la nuit, et à toutes les nuits sinon, vous serez un chauffeur somnolent et dangereux pour vous-même et les autres.


    Réf. : resmed.com, Info respiration No° 81 • www.splf.org • oct 2007, www.newsworks.org/index.php/health-science – (1) Conférence du Dr Pierre Mayer, pneumologue,  nov. 2011, Montréal – (2) www.3news.co.nz/Drink-lack-of-sleep-cited-in-grounding

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Prévenez-moi quand de nouveaux commentaires sont ajoutés.