• L’apnée du sommeil chez les enfants

    Bien que le syndrome de l’apnée obstructive du sommeil (SAOS) ait été observé et documenté pour la première fois il y a plus de cent ans, ce n’est que dans les années 1970 que ce phénomène fut décrit pour la première fois chez les enfants. Tout comme chez l’adulte, le SAOS est caractérisé par des épisodes d’obstruction des voies respiratoires supérieures qui se produisent pendant le sommeil. L’obstruction peut être partielle ou complète. On identifie trois composantes principales du SAOS :

    • L'apnée du sommeil chez l'enfantdes épisodes de baisse du niveau d’oxygénation sanguin (hypoxie),
    • une augmentation intermittente du taux de gaz carbonique sanguin (hypercapnie),
    • une fragmentation du sommeil, rendant le sommeil de moins bonne qualité.

    À noter que le ronflement sans apnée du sommeil est plus commun mais peut quand même causer une fragmentation du sommeil et des problèmes de santé pour les enfants.

    Incidence : L’Association pulmonaire du Canada évalue qu’entre  0,7% et 10,3% des enfants sont atteints de troubles respiratoires pendant leur sommeil, ce qui peut inclure :

    • l’apnée obstructive du sommeil,
    • le syndrome de résistance des voies aériennes supérieures,
    • une respiration superficielle due à l’obésité.

    Plusieurs de ces problèmes demeurent non traités car ils ne sont pas décelés et passent inaperçus.

    Enfants vs adultes : les mécanismes d’obstruction, les effets secondaires, les critères diagnostiques et les modalités de traitement sont différents chez les enfants et chez les adultes.

     

    Séquelles de l’apnée du sommeil chez les jeunes

    Retard de croissance: Un trouble respiratoire du sommeil qui demeure non traité peut retarder la croissance de l’enfant. Lorsque la qualité du sommeil diminue, cela affecte la sécrétion d’hormones vitales comme l’hormone de croissance, la mélatonine et le cortisol.

    Santé générale: L’apnée du sommeil non traitée peut contribuer à l’obésité, un vieillissement prématuré, la léthargie, des problèmes de concentration, l’irritabilité, des problèmes cardiaques, l’hypertension et une diminution de l’efficacité du système immunitaire.

    Capacités et développement intellectuel : Le développement de certaines cellules du cerveau ainsi que les capacités intellectuelles et cognitives de l’enfant peuvent être affectées par le manque d’oxygène associé à une apnée du sommeil non traitée.L'apnée du sommeil cause la somnolence diurne

    Fatigue chronique : Les enfants ont besoin de plus de sommeil que les adultes. Tout comme pour les adultes, les enfants qui ne peuvent avoir une bonne nuit de sommeil seront constamment fatigués, ce qui peut affecter leur concentration et les performances scolaires.

    Hyperactivité : Une étude a révélé que le ronflement et autres troubles respiratoires du sommeil dont l’apnée du sommeil non traitée contribuent à l’hyperactivité. Plusieurs enfants se font prescrire des médicaments pour contrôler leur hyperactivité quand la cause de ce problème est un manque de sommeil causé par un trouble respiratoire.

    Des études récentes révèlent que l’apnée du sommeil chez les enfants est beaucoup plus fréquente qu’on le croyait et que ses symptômes sont similaires à ceux du TDAH (trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité).

    En résumé, un sommeil non-réparateur aura des répercussions sur le reste de la journée de l’enfant. Il sera plus fatigué, nerveux, aura de la difficulté  se concentrer, sa mémoire sera affectée, etc., et tout cela affectera son attention et son hyperactivité.

    Problèmes de sommeil reliés au TDAH

    • Les parents d’enfants affectés par un TDAH rapportent souvent que  leur enfant a le sommeil perturbé. Il est documenté que ces enfants de tous âges sont à risque plus élevé pour être affectés par divers désordres du sommeil, incluant l’apnée du sommeil. Les cliniques de troubles du sommeil ont une proportion excessive de patients diagnostiqués comme ayant du TDAH.

    Des statistiques alarmantes

    • Les cliniciens considèrent que 25 à 50% des enfants affectés par un TDAH ont aussi  des problèmes de sommeil et qu’un sommeil inadéquat est associé avec l’inattention, l’impulsivité et l’hyperactivité 1. D’autres études démontre que 40% des enfants en seraient affectés mais que 90 % des cas ne sont pas diagnostiqués alors la proportion d’enfants TDAH souffrant d’apnée du sommeil serait encore plus importante3 .
    • De plus, les troubles de sommeil peuvent intensifier les divers symptômes observés le jour chez les enfants affectés par un TDAH, ce qui complique la tâche aux cliniciens tentant de traiter les TDAH.
    • Il est recommandé que les patients avec un TDAH passent toujours un questionnaire de dépistage pour les troubles du sommeil.
    • La plupart de problèmes du sommeil peuvent être diagnostiqués par un test du sommeil et le fait de traiter ces problèmes améliore significativement la qualité de vie des patients.
    • Bien que parfois, des troubles du sommeils ont été diagnostiqués incorrectement comme étant un TDAH, le traitement problème du sommeil ne corrigera pas nécessairement le TDAH 2.
    • Il est important de traiter les troubles du sommeil dès que possible pour éviter qu’ils ne deviennent des problèmes chroniques.

    Diagnostic des troubles du sommeil chez l’enfant

    Chez les enfants et adolescents, les procédures diagnostiques varient légèrement de celles utilisées chez les adultes et peuvent comprendre :

    • un examen physique,
    • une évaluation des antécédents médicaux,
    • une évaluation  des tissus lymphoïdiens (amygdales et végétations), ce qui peut nécessiter la prise d’une radiographie,
    • filmer l’enfant pendant son sommeil,
    • un test et évaluation du sommeil pendant une nuit passée dans une clinique ou un laboratoire du sommeil (polysomnographie – (PSG)).

    Symptômes des troubles du sommeil chez l’enfant

    Si votre enfant ou votre adolescent éprouve un ou plusieurs des symptômes suivants, demandez à votre médecin de vous référer à un spécialiste du sommeil :

    • Ronflement,
    • Pauses dans la respiration durant le sommeil (même une pause par heure est considérée anormale),
    • Fatigue durant le jour, même après une nuit complète de sommeil,
    • Problèmes scolaires.

    Causes possibles d’apnée du sommeil chez les jeunes

    • Une cause fréquente d’obstruction des voies respiratoires supérieures chez l’enfant pouvant contribuer au ronflement et à l’apnée du sommeil est l’hypertrophie des amygdales (gorge) et végétations ou adénoïdes (naso-pharynx). Plus ces tissus sont volumineux, plus ils peuvent obstruer le passage de l’air.
    • Près de 70% des enfants apnéiques présentent une mandibule trop courte (en retrait), une mâchoire trop étroite et de l’embonpoint.
    • Un enfant qui a les amygdales gonflées, qui ronfle et dont la respiration s’accompagne de pauses silencieuses pendant la nuit devrait consulter un médecin pour un examen.
    • Le manque d’activité physique et une mauvaise alimentation  peuvent aussi affecter le sommeil de l’enfant.

    Le traitement de d’apnée du sommeil chez les jeunes

    • Si l’apnée du sommeil est due à un gonflement des amygdales et/ou des végétations, ces tissus peuvent être enlevés par une intervention chirurgicale. Ceci élimine habituellement les ronflements et les arrêts respiratoires (apnées) et l’enfant retrouve une qualité de sommeil et se sent plus reposé et énergique. Ces changements peuvent même avoir des répercussions sur la personnalité, la réussite scolaire et la santé des jeunes qui souffraient du SAOS.
    • L’obésité étant un facteur de risque important pour l’apnée du sommeil, la pratique régulière d’exercice physique et le maintient d’une alimentation saine constituent des mesures préventives efficaces.
    • La présence d’une constriction maxillaire importante où la mâchoire supérieure est plus étroite que celle du bas peut affecter la respiration. Dans te tels cas, de l’expansion maxillaire orthodontique peut aider la respiration en rétablissant l’équilibre en largeur entre les mâchoires.
    • Bien qu’une chirurgie aux mâchoires est une option qui peut être envisagée chez les adultes lorsqu’on désire avancer la mandibule (et parfois le maxillaire supérieur) de façon permanente, cette alternative ne peut être envisagée chez les enfants et adolescents en croissance active. SI elle est indiquée, une telle chirurgie ne sera envisagée qu’à la fin de la croissance et devra, la plupart du temps, être accompagnée d’un traitement orthodontique pour placer les dents correctement.

    Histoire de cas – AL8 : Dans l’exemple ci-dessous cette jeune fille de 8 ans a souffert d’apnée du sommeil et de ronflement jusqu’à l’âge de 5 ans. Elle ne prenait pratiquement pas de poids jusqu’à ce qu’elle fasse enlever ses amygdales et végétations suite à un diagnostic d’apnée obstructive pendant un test du sommeil (polygraphie).

    • Suite à cette intervention, elle commença à avoir un sommeil et une croissance normales.  Elle présente cependant une sévère occlusion croisée antérieure et postérieure bilatérale (indiquée par les flèches). Un traitement d’expansion maxillaire est indiqué et cela peut aussi aider sa respiration. L’expansion maxillaire aide parfois à diminuer le ronflement et l’apnée du sommeil.
    Constriction maxilliare bilatérale et apnée du sommeil chez un enfant de 8 ans.

    (A) Fille de 8 ans souffrant d’apnée du sommeil et présentant une constriction maxillaire importante (flèches). (B) La largeur inadéquate de l’arcade supérieure peut contribuer au problème de respiration.


    Histoire de cas – ZJ9 : jeune fille de 9 ans souffrant de ronflement et de multiples otites à chaque saison hivernale.

    • (A) Mâchoire supérieure très étroite comme illustré par l’occlusion croisée postérieure bilatérale indiquée par les flèches.
    • (B) Arcade supérieure étroite.
    • (C et E) Traitement d’expansion orthodontique, phase d’immobilisation avec l’appareil en bouche.
    • (D) Après l’enlèvement de l’appareil et une période de récidive permettant  à surcorrection de s’estomper, la largeur du maxillaire supérieur est maintenant équilibrée avec celle de la mandibule.
    • (F) Immédiatement après l’enlèvement de l’appareil d’expansion et avant la récidive décrite en « D ». La ligne jaune et de la même dimension dans les photos « B » et « F », ce qui permet d’apprécier le gain en largeur obtenu au niveau du palais en quelques semaines seulement. À noter que la rougeur de la gencive est normale lors de l’enlèvement de l’appareil mais le tout redevient à la normale rapidement avec une bonne hygiène buccodentaire.
    • Après la phase d’expansion, elle a complètement arrêté de ronfler et le otites sont disparues. Bien qu’il ne soit pas possible de « garantir » de tels résultats pour chaque enfant ayant de l’expansion, l’amélioration des symptômes de ronflement est souvent observée après l’expansion maxillaire.
    Expansion maxillaire chez un enfant atteint de ronflement et apnée du sommeil

    Histoire de cas – MR9 : garçon de 9 ans avec occlusion croisée postérieure bilatérale et problèmes de ronflement.

    • Peu importe la présence de ronflement qui est présent depuis plusieurs années, une telle malocclusion nécessite un élargissement de la mâchoire supérieure (expansion maxillaire). Sans toutefois le garantir, il est possible qu’un traitement d’expansion puise faciliter le passage de l’air au niveau des voies respiratoires supérieures et améliore ou élimine les symptômes de ronflement.
    • Un examen clinique est aussi indiqué pour déterminer la présence d’obstruction possible par les amygdales et/ou végétations.
    Ronflement et apnée du sommeil cez un enfant préentant une malocclusion avec occlusion croisée

    (A) Maxillaire étroit chez un garçon de 9 ans qui ronfle de façon chronique. (B) Vue de la mâchoire supérieure qui st trop étroite par rapport à la mandibule.

     Histoire de cas – ML6 : garçon de 6 ans avec tendance à l’occlusion croisée postérieure bilatérale et grincement nocturne.

    • Nous réalisons maintenant que plusieurs facteurs peuvent s’influencer mutuellement et inter agir dans le développement de problèmes dentaires et d’occlusion. Ainsi, des études on démontré qu’une bonne proportion des enfants qui « grincent » des dents la nuit (bruxisme) sont aussi des ronfleurs et vice versa. On sait aussi maintenant que plusieurs ronfleurs souffrent d’apnée du sommeil.
    • Plusieurs de ce  problèmes sont détectables en bas âge comme dans l’exemple suivant d’un garçon de 6 ans.
    Constriction macxillaire bilatérale, grincement de dents, usure dentaire importante et ronflement chez un garçon de 6 ans

    Constriction maxillaire bilatérale, grincement de dents, usure dentaire importante et ronflement chez un garçon de 6 ans

    Vidéo d’un jeune enfant soufrant d’apnée du sommeil

    Cette vidéo de ± 5 minutes montre un jeune enfant qui a plusieurs épisodes d’arrêt respiratoire en ± 3 minutes. Il arrête complètement de respirer un certain temps et reprend sa respiration avec un sursaut. Sa mère commente ce qui se passe (en anglais). Il aurait des amygdale assez volumineuses ce qui contribueraient à son obstruction respiratoire.

    Vers 3 min. 15 sec. dans la vidéo regardez ce que la mère fait pour temporairement corriger le problème d’apnée; elle avance la mandibule de l’enfant avec son doigt et la maintient dans cette position. Ceci dégage instantanément les voies respiratoires supérieures et permet alors un passage de l’air adéquat éliminant complètement l’apnée… comme par magie!

    C’est le même principe qui est utilisé avec une orthèses d’avancée mandibulaire qui maintient artificiellement la mandibule vers l’avant pendant le sommeil.

    Note : malheureusement, cette vidéo n’est plus disponible au grand public mais nous laissons le lien au cas où le propriétaire la rende publique à nouveau.

     

    Enfant de 3 ans qui arrête de respirer des centaines de fois par nuit!

    Cette vidéo de la British Lung Foundation démontre que l’apnée du sommeil peut se produire chez des enfants de tous âge. Ce jeune garçon de 3 ans arrête de respirer pendant son sommeil près de 100 fois par heure et ce, à toutes les nuits, ce qui rend impossible un sommeil réparateur. L’obstruction de ses voies respiratoires supérieures est causée par des amygdales et végétations volumineuses qui empêchent le passage normal de l’air. Après avoir fait enlevé ces tissus, la respiration redevint normale et les épisodes d’apnée cessèrent. L’ablation des tissus adénoïdiens hypertrophiés et le traitement le plus communément indiqué pour traiter l’apnée du sommeil chez le enfants.

    L’apnée obstructive du sommeil est plus commune que l’asthme sévère.


    Références :

    http://www.poumon.ca, emedecine.medscape.com, Chervin R.D. et coll., « Snoring predicts hyperactivity four years later », Sleep, 1er juillet 2005, 28(7) : 885-890. L’Association pulmonaire du Canada, www.poumon.ca,
    1 –  Institut universitaire en santé mentale Douglas, 2013 – Réponses d’experts, www.douglas.qc.ca
    2 –  ‘Canadian Attention Deficit Hyperactivity Disorder Resource Alliance’
    3- « Des symptômes de l’apnée du sommeil pourraient mener à un diagnostic du TDAH » –  TVA Nouvelles – Entrevue avec Dre Florence Morisson | Publié le – Mis à jour

     

    Tous droits réservés, copyright © InfoSommeil.ca ➡ Dernière mise-à-jour : 2017-04-22 @ 13:01:57  © Jules E. Lemay, OrthoLemay.com –
    Tous droits réservés / All rights reserved

    Publié : 8 février 2012 à 0 h 04

    Dernière mise-à-jour : 2017-08-19 à 13:50:13 © Jules E. Lemay, OrthoLemay.com / InfoSommeil.ca

Commentaires et/ou questions (40)

  • Charette, Sophie dit :

    Étant spécialisé dans l’apnée du sommeil depuis plusieurs années, je suis heureuse de constater que nous soyons de plus en plus sensibilisé à ce syndrome chez l’enfant qui s’apparentent souvent au TDAH au niveau des symptômes.

    • Dr Jules dit :

      Troubles du sommeil chez l’enfant causant divers problèmes dont le TDHA

      En effet, les professionnels de la santé sont de plus en plus sensibilisés au fait que l’apnée du sommeil n’affecte pas seulement les adultes mais aussi les enfants et cela parfois en bas âge.

      Plusieurs études dont celle de Perfect et ses collaborateurs (1) ont démontré que les troubles respiratoires du sommeil, dont l’apnée du sommeil, sont liés à des taux élevés de comportements similaires à ceux des enfants souffrant supposément de trouble de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH) en plus de causer des problèmes d’apprentissage et d’adaptation.

      D’autres faits rapportés :
      – Les enfants souffrant d’apnée du sommeil ont 4 à 5 fois plus de chances d’avoir des problèmes de comportement.

      – Si l’apnée du sommeil persiste, ce risque augmente à 6 fois.

      – Les enfants souffrant d’apnée du sommeil chronique ont 7 fois plus de chances d’avoir des troubles d’apprentissage pouvant être documentés par leurs parents et sont 3 fois plus susceptibles d’avoir des notes de « C » ou moins à l’école.

      – Dre Perfect a aussi conclu que, même si les troubles respiratoires semblent diminuer à l’adolescence attendre ce moment pour intervenir peut être risqué.

      L’American Academy of Sleep Medecine considère que 2% des enfants en santé souffriraient d’apnée du sommeil. En bas âge, la cause principale est la présence d’amygdales et de végétations volumineuses. La plupart de ces enfants souffrent aussi de ronflement.

      Une autre étude récente (2) a démontré que des enfants avec des déficits d’attention et problèmes d’apprentissage souffraient en fait de somnolence excessive le jour (qui affecte 15% des enfants) même si des tests avaient démontré qu’ils avaient assez de sommeil la nuit.
      Les notes académiques d’enfants avec apnée du sommeil sont moins bonnes que ceux n’ayant pas ce problème.

      On croit maintenant que plusieurs cas de TDAH ont été mal diagnostiqués et seraient en fait causés par des problèmes reliés à l’apnée du sommeil ou un autre trouble du sommeil qui causent un manque de sommeil chez l’enfant et le rende hyperactif le jour.

      La collaboration des divers intervenants étant meilleure que jamais auparavant, il est permis d’espérer que de plus en plus d’enfants seront diagnostiqués de façon précoce et pourront être traités pour minimiser les effets néfastes des troubles du sommeil sur leur croissance et développement.


      (1) RISK OF BEHAVIORAL DIFFICULTIES IN YOUTH WITH SDB
      Risk of Behavioral and Adaptive Functioning Difficulties in Youth with Previous and Current Sleep Disordered Breathing, SLEEP 2013;36(4):517-525. Perfect et al.

      Sleep-Disordered Breathing in a Population-Based Cohort: Behavioral Outcomes at 4 and 7 Years, Bonuck et al., 2012-03
      (2) SEQUELAE OF EXCESSIVE DAYTIME SLEEPINESS IN YOUNG CHILDREN
      Learning, Attention/Hyperactivity, and Conduct Problems as Sequelae of Excessive Daytime Sleepiness in a General Population Study of Young Children, Calhoun et al. Journalsleep.org, SLEEP 2012;35(5):627-632

  • débitmètre dit :

    Troubles du sommeil et enfants asthamatiques
    Bonjour,
    Merci pour ces précisions. J’aimerais juste ajouter que le trouble de sommeil respiratoire chez l’enfant est beaucoup plus fréquent avec les enfants asthmatiques. Il est donc conseillé de bien entretenir l’environnement de l’enfant surtout la chambre à coucher et de toujours la garder bien aérée.

    • Dr Jules dit :

      Ceci est un point intéressant que je ne peux qu’approuver, surtout qu’il y de plus en plus d’enfants asthmatiques!
      Merci.

  • mazet dit :

    Quelles sont les solutions pour les enfants souffrant d’apnée du sommeil
    Bonsoir,

    Considérez-vous que l’appareillage pour un enfant est la seule solution pour un enfant qui fait de l’apnée du sommeil ?
    Assez étonnée, car si je me réfère à mon cas, j’ai eu droit opération des végétations vers 3 ans, vers 14 ans (appareil bagues pour rétablir ma mâchoire qui était inversée soins pour une durée de 4 ans)

    • Dr Jules dit :

      La première chose à évaluer chez les enfants qui font de l’apnée du sommeil est la présence d’une obstruction physique dans les voies respiratoires supérieures pouvant expliquer l’apnée obstructive du sommeil.

      Les éléments les plus communs pouvant contribuer à cette obstruction sont des amygdales et/ou végétations trop volumineuses ou hypertrophiées qui diminuent le passage de l’air. Dans de tels cas il peut être indiqué de faire enlever ces tissus problématiques (amygdales, végétations) et très souvent cela diminue ou élimine le problème.

      Le surpoids peut aussi être un élément qui contribue au mauvais passage de l’air dans les voies supérieures en favorisant des dépôts de tissus adipeux dans la région du cou où doit passer l’air.

      De plus, si l’enfant présente une constriction maxillaire importante, de l’expansion maxillaire peut être très bénéfique pour la respiration en plus de corriger la malocclusion. Ce sont les premières choses à évaluer chez un enfant affecté par l’apnée du sommeil.

      Une fois que toutes ces options ont été évaluées, il est possible d’envisager une orthèse d’avancement mandibulaire chez un enfant dans certains cas mais cela ne devrait être fait qu’avec l’approbation d’un médecin traitant familier avec ce problème ou un pneumologue.

  • Didier dit :

    Peut-on envisager une orthèse d’avancement mandibulaire à 15 ans pour l’apnée du sommeil?
    j’ai un garçon de 15 ans qui souffre d’apnée du sommeil
    IAH = 20
    l’orthèse d’avancement mandibulaire peut elle être une alternative à la PPC ?
    merci

    • Dr Jules dit :

      Note : nous avons redirigé votre question vers ce site où elle était plus pertinente.

      En théorie, la PPC (CPAP) demeure le « gold standard » pour traiter l’apnée du sommeil mais si votre garçon ne peut ou ne veut envisager cette option, il est fort probable qu’une orthèse d’avancement mandibulaire puisse être envisagée s’il a une bonne dentition, occlusion et parodonte. Un examen clinique serait nécessaire pour le confirmer cependant.

  • Laurent dit :

    Ronflement, mauvais sommeil, agitation

    bonjour ma fille agee de 6 ans et demi a du mal a respirer pendant la nuit et ronfle enormement et ce depuis pas mal de temps.
    ses vegetations ont ete retirees lorsqu elle avait 1 an en meme temps que la pose de yoyos. cependant elle est constamment enervee. pourrait il avoir un rapport avec son sommeil? ou consulter et qui consulter nous habitons ds le val d oise (95)merci a vous.

    • Dr Jules dit :

      Oui, il est possible qu’un sommeil non réparateur ait un effet néfaste sur l’enfant pendant le jour en le rendant agité ou fatigué mais je ne saurais dire si c’est le cas de votre fille.

      Un ronflement régulier (plusieurs soirs par semaine) doit être investigué car cela peut indiquer la présence d’apnée du sommeil. Commencez par en discuter avec votre médecin de famille qui pourra faire évaluer votre fille en ORL au besoin. Ils décideront peut-être de lui faire passer un « test du sommeil » (polygraphie cardiorespiratoire du sommeil) pour déterminer la qualité du sommeil et la présence possible d’apnée du sommeil.

  • Nathalie dit :

    Je suis d’accord et inquiète de ce que je lis ici… ma fille de 4 ans souffre d’apnée du sommeil depuis toujours et elle est toujours sur une liste d’attente pour l’ablation des amygdales. Alors, oui je suis d’accords, on connais le problème, la cause et on s’inquiète pour les effets que cela cause et causera, mais on est impuissant. Qu’elle est la solution maintenant?

    • Dr Jules dit :

      Après en avoir discuté avec quelques ORL ici, ils vous conseillent d’insister auprès des praticiens consultés en soulignant la gravité du problème de votre fille. Peut-être qu’ils accepteront de réévaluer la priorité de votre fille. Le système est malheureusement fait ainsi, vous devez parfois tenter d’aider votre « cause » vous même… 🙁

    • marie dit :

      Si vous aviez la possibilité de transmettre ma demande sans la publier , je suis ok. Car je ne tiens pas à communiquer mon mail personnel.
      Merci.
      Cordialement

      • Dr Jules dit :

        Je communiquerai votre email en privé aux personnes qui désireraient communiquer avec vous.
        Si quelqu’un écrit à la suite de votre question, vous recevrez aussi un message automatiquement.

  • Vanessa dit :

    Bonjour,

    Le cas de ma fille de 18 mois cadre parfaitement avec les symptomes des troubles du sommeil décrits ici.
    Elle est par ailleurs traitée pour un rgo persistant depuis la naissance.
    Un lien peut-il être établi entre les deux ?
    L’ablation des amygdales peut-elle être pratiquée à son âge ?
    Y a-t-il des mesures à prendre au quotidien pour réduire le problème (alimentation, posture…?).

    Je vous remercie pour vos réponses et souhaite bon courage aux autres parents concernés par ce problème, invisible le jour, mais qui épuise les enfants et leur famille.

    • Dr Jules dit :

      Pour les cas graves, il y a certainement possibilité d’envisager une amygdalectomie en bas âge mais cette décision et le diagnostic dépendront d’un ORL. Il est fort probable qu’un test du sommeil soit recommandé. Parlez-en à votre médecin qui pourra la diriger au spécialiste indiqué.

      • Vanessa dit :

        L’enlèvement des amygdales et des végétations a beaucoup aidé les troubles du sommeil de notre fille
        Bonjour,

        Et merci pour votre reponse, dont je ne prends connaissance qu’aujourd’hui (je n’ai jamais reçu d’e-mail…).
        J’écris ici à nouveau afin de partager mon expérience concenant l’opération de très jeunes enfants, et encourager les parents à insister, lourdement si nécéssaire, auprès du corps médical pour que des solutions leur soient proposées afin d’améliorer la qualité de vie de leur enfant (et la leur), car rien n’est plus insupportable que de s’entendre dire que Oui, il y a bien un problème (ce qu’en général nous ne savons que trop), mais Non, il n’y a pas de solutions avant l’âge de 3, voir 4 ans selon les praticiens… alors même que dans la plupart des cas, si eux ne sont pas en mesure d’opérer de très jeunes enfants, d’autres le font très bien quotidiennement dans des structures adaptées bien entendu.

        Apres différents examens, dont une PSG qui a mis en évidence une hypercapnie, ma fille a bien été opérée (amygdales + végétations) à l’âge de 20 MOIS, au CHU de Montpellier en France.
        Malgré des suites opératoires assez difficiles (cicatrisation longue et douloureuse en raison du mauvais état des tissus), nous ne regrettons vraiment pas l’intervention dont les bénéfices pour notre fille ont été certains et assez rapides : fin des ronflements, fin des angines à répétition, rebonds de la courbe de croissance et même fin du RGO !

        Toutefois, selon l’ORL, les volumes enlevés n’étaient pas suffisants pour expliquer à eux seuls l’hypercapnie.
        Et en effet, elle a conservé un endormissement difficile, un sommeil agité, une certaine fatigue au réveil… Je peux nettement constater pendant son sommeil comme un « frein », mais uniquement à l’expiration, souvent suivi d’un micro reveil et de gémissements.
        Nous terminons actuellement un essai de traitement à la Ventoline + Aerius, sans aucun résultat.

        Si le trouble n’est plus d’origine obstructive, qu’elle pourrait être la ou les causes de l’hypercapnie (sans désaturation) et de cette difficulté persistante à expirer ?

        Je vous remercie par avance de votre aide dans ce véritable parcours du combattant.

        • Dr Jules dit :

          Je crois qu’il y a des différences régionales ou « géographique » dans la réceptivité des médecins (ORL, pneumologues ) à recommander et accepter d’opérer de jeunes enfants ayant des troubles du sommeil associés à des tissus adénoidiens hypertrophiés. Ici au Québec, les ORLs et pneumologues sont assez ouverts à faire de telles recommandations pour ces interventions et ils sont souvent les premiers à en parler aux parents. En France, c’est peut-être différent si je me fie à votre témoignage.

          Une fois la question des amygdales et végétations réglée (soit qu’elles ont été enlevées ou qu’elles étaient « normales » et ne justifiaient pas de les enlever) l’autre cause la plus probable pouvant nuire au passage de l’air est une ou des mâchoires étroites. C’est alors que l’orthodontie peut jouer un rôle important en faisant de l’expansion maxillaire rapide si cela est indiqué.

          Pour en savoir plus sur:
          – l’expansion palatine et les déséquilibres transverses des mâchoires et
          – les malocclusions et troubles respiratoires

  • Suzanne dit :

    Bjr,

    Mon fils de 3ans souffre d’apnée obstructive. Il prend difficilement du poids, et a eu un retard de language. Sa respiration est bruyante meme quand il n’a pas fait d’efforts physiques. Quand il dort il ronfle la bouche ouverte et est assez agité pendant son sommeil. Après consultation, il s’est avéré que c’est du aux végétations, et son pediatre a préconisé une intervention chirurgicale lorsqu’il aura 4 ans. Ce qui me preoccupe c est son amenie severe au fer. Au depart il a été mis sous Multi SANOSTOL avec fer pendant 45 jours. Apres un deuxième examen sanguin y compris d’electroferese, son niveau de fer dans le sang etait toujours bas, et il est sous traitement FEROGLOBIN pour une periode de 30 jours. Cette anémie peut elle etre liée à son apnée?

    • Dr Jules dit :

      Je ne suis pas médecin ou pédiatre mais si on vous a confirmé que ces symptômes et problèmes sont causés par des végétations trop volumineuses, je ne vois pas l’intérêt d’attendre une année supplémentaire avant d’intervenir mais peut-être que les médecins pourront vous l’expliquer. Je ne saurais vous dire s’il peut y avoir un lien entre l’anémie et l’apnée du sommeil.

      Vous pourriez aussi faire évaluer son occlusion car un maxillaire trop étroit peut empiéter sur l’espace de la langue et contribuer aux problèmes de ronflement et d’apnée du sommeil parfois.

  • marie dit :

    Bonjour
    mon fils souffre d’un syndrome d’apnée obstructive du sommeil sévère diagnostiqué récemment.
    Je souhaite m’entretenir avec des parents ayant le meme soucis. Nathalie , ou en est votre fille ?
    Pouvons nous échanger par mail ?

    • Vanessa dit :

      Bonjour Marie,

      Je ne sais pas si les cas de nos enfants sont parfaitement identiques, mais je peux volontiers vous faire part de notre expérience de parents d’une petite qui a toujours présenté des troubles du sommeil et qui a été opérée récemment, à l’âge de 20 mois.
      Pouvez-vous me communiquer une adresse mail à laquelle je pourrais vous contacter ?
      Je vous souhaite beaucoup de patience et de courage, à vous et à votre fils.

      • Dr Jules dit :

        Vous pouvez partager votre expérience et commentaires directement sur ce blogue et Marie devrait automatiquement recevoir un avis de publication si c’est fait à la suite de son commentaire. Sinon, je devrai lui demander la permission pour vous donner son adresse email. De plus, peut-être que votre histoire intéresserait d’autres lecteurs…

    • jenn dit :

      Bonjour
      mon fils de 5 ans est sous PPC suite à syndrome d’apnée obstructif du sommeil sévère , depuis 2015, je souhaite communiquer avec des mamans. Marie ? Je suis ok pour échanger nos mails

      cordialement

    • J2ru dit :

      Bonjour docteur

      je souhaiterais avoir l’adresse mail de Marie s’il vous plaît
      cordialement

      • Dr Jules dit :

        Je ne peux qu’approuver votre message qui sera publié ce qui enverra automatiquement un avis à Marie.
        Si elle désire transmettre son adresse email, elle n’a qu’à répondre sur ce blogue et je vous la transmettrai.

  • adeline dit :


    Apnée du sommeil et PPC à 6 ans

    bonjour
    ma fille âgée de 9 ans souffre d’apnée du sommeil, est appareillée sous ppc depuis l’age de 6 ans.
    Elle à été opérée des amygdales et des végétation qui on réduit mais ne sont pas totalement partis et qui on augmenté les micro-éveil.
    Elle a vu des orthodontiste des chirurgien maxilo faciale qui disent que sa ne vient pas de sa mâchoire…
    Si des maman souhaite en parlez sa sera avec grand plaisir.

  • GLADYS dit :

    si quelqu’un veut parler d’une apnée sévère appareillée sur une petite fille de dix ans, qui présente une hypercapnie, je suis preneuse.
    Je me sens seule et très peu informer sur ce que risque ma fille, mise récemment sous ventilation double j’ai peur, très peur!

    • Dr Jules dit :

      Rassurez-vous, le fait qu’elle ait été diagnostiquée, prise en charge et qu’elle utilise une CPAP la nuit va certainement améliorer sa qualité de vie et sa santé.

  • Zoé dit :

    Troubles du sommeil chez un enfant de 3 ans

    Bonjour,

    Ma fille de 3 ans a des troubles de sommeil, des ronflements, des pauses respiratoires de temps en temps.. Visiblement, ses amygdales sont volumineuses, mais ce problème se pose surtout en hiver-printemps, une fois le climat chaud, sa respiration devient normale (du mois de juin jusqu’au janvier), pas de ronflement et pas de pauses.
    Est-il dû à une allergie saisonnière?
    une amygdalectomie s’avère nécessaire pour son cas?

    • Dr Jules dit :

      Les pauses respiratoires doivent toujours être investiguées ou évaluées chez les enfants. Une des premières interventions considérées lorsqu’il y a obstruction des voies respiratoires supérieures est l’ablation des amygdales et végétations. L’évaluation de la dentition et la correction d’une malocclusion peut aussi être indiquée, surtout s’il y a constriction maxillaire (mâchoire supérieur trop étroite par rapport à celle du bas) ou rétrognathie mandibulaire (mâchoire inférieure trop courte ou reculée). De l’expansion maxillaire en orthodontie peut être indiquée.

      La première chose à faire serait de consulter un médecin de famille ou un ORL, faire évaluer ses amygdales et peut-être lui faire passer un test du sommeil (polysomnographie).

  • Kim Christofferson dit :

    Grosses amygdales et ronflement chez un enfant

    Bonjour,
    mon fil à 6 ans et il y a deux mois il a diagnostiqué TDAH.
    Quand il était plus petit nous avons faite poser des tube aux oreilles et enlever les végétations qu’il avaient en quantité industrielle.

    Le médecin nous a dit qu’il n’a pas enlever les amygdale car ça ne lui nuit pas quand il mange.

    Cependant, il ronfle énormément…

    Suite à la lecture du document ci-haut je vais pousser pour retourner voir le médecin afin de réévaluer ses végétations et amygdale afin de les enlever peut être que ça va corrigé sont TDAH.

    Nous allons toute faire afin d’éviter la médicamentation, Merci!!!

    Kim

    • Dr Jules dit :

      Un test du sommeil (polysomnographie) serait indiqué?

      Je ne peux commenter sur la grosseur de ses amygdales mais si elle sont vraiment volumineuses et qu’en plus il ronfle régulièrement, non seulement peut-il être indiqué de les faire enlever (diagnostic par un ORL) mais il bénéficierait probablement de passer un test du sommeil (polygraphie cardiorespiratoire du sommeil (PCRS)). S’il s’avérait qu’il avait des troubles du sommeil affectant la qualité de sommeil, cela pourrait peut-être expliquer une partie du TDAH comme c’est le cas pour plusieurs autres jeunes patients.

  • Je veux de l'aide dit :

    Signes de troubles respiratoires du sommeil chez un enfant

    J’ai remarqué que ma fille a des troubles respiratoires. Le jour c’est moins remarquable. Elle a 90% par la bouche. Sa bouche est pour la plupart du temps ouverte. Au sommeil, son inspiration et son expiration d’air par la bouche comme par le nez laissent entendre une souffrance totale dans sa respiration. En l’observant dormir on voit son ventre se vider et remplir d’air et sa tête mouvoir au rythme de la respiration comme quelqu’une qui s’étouffe. On dirait l’air la manque ou bien on dirait un splinter qui vient de terminer une course de 1000 mètres. J’ai fait des vidéos qui me sont très sensibles. Conseiller moi sur son mal et les à suivre pour la guérir

    • Dr Jules dit :

      Ce que vous décrivez indique probablement la présence de troubles respiratoire du sommeil.
      Je vous conseille fortement et dans les plus brefs délais de communiquer avec votre médecin de famille pour qu’elle soit prise en charge et qu’un test du sommeil ( polygraphie cardiorespiratoire du sommeil (PCRS)) ou une saturométrie soit faite. De tels signes ne doivent pas être laissés sans suivi.

      Montrez les vidéos au médecin.

  • jenn dit :

    Bonjour Adeline,
    je suis OK pour échanger nos mail.

    cordialement

  • Evelyne dit :

    Masque CPAP pour enfants?

    Bonjour,
    Il nous reste quelque test de validation à passer mais tout semble indiquer que ma fille souffre d’apnée du sommeil. Elle est terrifié à l’idée de dormir avec un masque. En existe-il de plus constable ou plus adapté pour les plus petits, toutes les images que j’ai vu sont des masque pour adulte… rien pour la rassurée. Pouvez vous me référer à des sites web sur le sujet.

    Autres parents, comment avez vous fait accepter à vos enfants l’idée d’un masque (CPAP) ???

    Merci

    • Dr Jules dit :

      Normalement le masque qui sera prescrit à un enfant sera adapté à sa grosseur de nez, visage, etc.
      Il existe des masques pédiatriques qui peuvent rendre « l’expérience » un peu plus agréable pour les jeunes patients comme les produits WISP imitant une girafe. Vous pouvez même l’essayer à la maison sans frais d’après un site de revente de ce produit. Pour en savoir plus.

      Laissez-nous savoir si cela fonctionne bien pour votre enfant si vous l’essayez ou quelle autre solution vous aurez trouvée.
      Bonne chance…

      Masque pédiatrique pour CPAP Wisp, facilite l'acceptation par les enfants. InfoSommeil.ca

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (17 votes, moyenne : 4,71 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Prévenez-moi quand de nouveaux commentaires sont ajoutés.