• Les troubles respiratoires du sommeil réfèrent à différentes conditions qui peuvent affecter la respiration pendant le sommeil. Ceci peut aller du simple ronflement primaire à l’apnée sévère qui peut être débilitante et même mortelle pour ceux qui en sont affectés.

    Afin de comprendre les anomalies affectant le sommeil, il est important de tout d’abord comprendre ce qui est considéré comme un sommeil normal.

    L’importance du sommeil et de la respirationSommeil et troubles du sommeil

    Le sommeil fait partie intégrante de notre vie. Nous passons le tiers de notre vie à dormir; une personne de 60 ans aura donc passé près de 20 ans à dormir. Un sommeil réparateur est essentiel à la récupération de nos forces physiques et psychiques et contribue à notre qualité de vie. La respiration et le sommeil sont des activités indissociables mais qu’une personne en bonne santé prend souvent pour acquises. Le sommeil normal est caractérisé par une respiration régulière permettant de maintenir des échanges gazeux normaux. Il fut démontré que, pendant le sommeil paradoxal, le cerveau consomme plus d’oxygène que pendant l’état de veille. Il n’y a pas que la quantité de sommeil qui est importante, nous savons maintenant que la qualité du sommeil est tout aussi importante que sa quantité. Le sommeil influencera notre état de vigilance, nos capacités intellectuelles et, de façon générale, le fonctionnement de notre organisme à tout point de vue.

     

     

    Respiration normale –> Échange gazeux adéquat (oxygène) –>Sommeil normal –> Potentiel régénérateur –> Santé & qualité de vie

    La respiration normale pendant le sommeil assure une bonne oxygénation.

    (A) Lorsque les vois respiratoires supérieures sont normales et bien dégagées, la respiration (B et C) permet l’entrée d’air (oxygène) un et bon échange gazeux qui oxygénera le sang.

    Les perturbations de la respiration pendant la nuit affectent la qualité du sommeil; des éveils nocturnes (conscients ou inconscients) conduiront éventuellement à des manifestations cliniques importantes affectant la santé et la qualité de vie et pouvant avoir des conséquences sociales personnelles significative.

    Sommeil normal

    Variations individuelles

    • La durée moyenne du sommeil est d’environ 8 heures mais cela peut varier d’un individu à l’autre.
    • Chaque personne a des besoins spécifiques en sommeil pour se sentir reposé.  Bien que la  moyenne se situe entre 7 et 9 heures mais certains se contentent de moins de 7 heures tandis que les plus « gros dormeurs » nécessitent plus de 9 heures. Certains se couchent tard tandis que d’autres sont des lèves-tôt.
    • Il n’y a pas de normes universelles et l’hérédité jouerait un rôle à cet égard.

    Le sommeil varie avec l’âge

    Avec l’âge, le sommeil se modifie. Un nourrisson, un jeune enfant, un adolescent, un adulte et une personne âgée n’ont pas le même « patron » de sommeil. À mesure qu’un individu vieillit, il verra son sommeil se modifier.

    • Enfants : Un nourrisson dort en moyenne entre 16 et 18 heures/jour et a plusieurs cycles de sommeil. Cette durée sera de 10 à 12 heures vers l’âge de 6 ans sans avoir besoin de faire des siestes le jour
    • L’adolescent : Dort en moyenne 9 heures/nuit. Il se couche et se lève plus tard, ce qui peut affecter son rythme circadien du sommeil.
    • Adultes : Dorment en moyenne 7-8 heures avec un endormissement rapide et peu d’éveils nocturnes ce qui rend ce sommeil des plus réparateurs. Ce sommeil idéal peut cependant être perturbé par le style de vie (travail de nuit), de mauvaises habitudes de sommeil (se coucher trop tôt ou trop tard), ou des maladies (arthrite, dépression, etc.).
    • Personnes âgées : Leur période de sommeil est plus courte, en moyenne 6 heures, et des siestes le jour sont fréquentes. Le sommeil est aussi plus léger et il y a plus de périodes d’éveil nocturne qui durent plus longtemps que chez des personnes plus jeunes. Les personnes âgées ont tendance à se coucher et se lever plus tôt.

    Selon l’étude longitudinale américaine Sleep Heart Health Study, les altérations du sommeil se produisent principalement vers la trentaine. Le sommeil profond (non-REM sleep) diminue à partir de la quarantaine et affecte surtout les hommes d’âge moyen et toutes les personnes de plus de 70 ans.
    Le sommeil, un phénomène cyclique. Il est maintenant connu que le sommeil est constitué de différentes phases. Une nuit de sommeil normal comprend deux phases (sommeil lent et sommeil paradoxal), d’une durée globale d’environ 110 minutes, qui se répètent en général 4 ou 5 fois au cours de la nuit.

    ➡ Pour en savoir plus sur les besoins en sommeil selon l’âge et voir un graphique illustrant les recommandations de la National Sleep Foundation (NSF) (2104).

    Sommeil lent

    • Pendant les 30-45 minutes suivant l’endormissement, on distingue quatre stades de sommeil plus ou moins profonds d’une durée totale d’environ 90 minutes. L’endormissement (stade 1) correspond à une période très courte, au cours de laquelle des hallucinations peuvent se produire. Viennent ensuite les stade 2, 3 et 4, qui sont de profondeur croissante et constituent le sommeil lent profond.
    • Pendant cette phase, les signes vitaux que sont la température du corps, la fréquence de la respiration, le pouls et la pression artérielle s’abaissent.
    • Le sommeil lent est constituée de quatre stades dont voici les caractéristiques :Étapes du sommeil et durée
      • Stade 1 : Sommeil léger; les yeux sont fermés et la détente commence. Le dormeur a l’impression de flotter (état hypnagogique). Les signes vitaux sont normaux. Une stimulation pendant ce stade causerait un éveil immédiat.
      • Stade 2 : Le réveil commence à devenir plus difficile.
      • Stade 3 : Se produit ~ 20 minutes après le début du stade 1. Le sommeil s’approfondit sérieusement et les rêves sont fréquents. Les signes vitaux commencent à s’abaisser et les muscles volontaires se décontractent.
      • Stade 4 : Les signes vitaux atteignent leur niveau le plus bas mais la motilité du tube digestif augmente significativement. Les muscles volontaires (squelettiques) sont décontractés, mais le dormeur normal peut changer de position toutes les 20 minutes environ. Le réveil devient particulièrement difficile, l’énurésie (c’est-à-dire l’émission d’urine) et le somnambulisme apparaissent pendant cette phase.
    • Les stades 2, 3 et 4 constituent le sommeil lent profond (non-paradoxal) et sont considérés comme étant les plus régénérateurs. C’est pendant cette période qu’il est le plus difficile de réveiller un dormeur.

    Sommeil paradoxal

    • Se produit environ 90 minutes après l’endormissement,
    • Les changements des signes vitaux comprennent une augmentation du rythme cardiaque, de la fréquence de la respiration, de la pression artérielle et de la température du corps tandis que la motilité de l’estomac et des intestins diminue.
    • Les ondes du cerveau enregistrées à ce moment-là sont similaires à celle de l’état de veille, d’où le terme de sommeil paradoxal.
    • Fait intéressant, le cerveau consomme une grande quantité d’oxygène, plus importante encore que pendant l’éveil! Ceci souligne l’importance d’une respiration et d’une oxygénation adéquates pendant le sommeil pour répondre à cette demande physiologique.
    • Cette phase du sommeil est aussi appelée sommeil MOR (Mouvements Oculaires Rapides ou R.E.M. sleep (rapid eye mouvement en anglais)) car les yeux se déplacent rapidement sous les paupières pendant cette phase.
    • Les muscles sont paralysés, les rêves surgissent et certains croient que les mouvements oculaires sont reliés aux rêves.

    On grandit la nuit!

    Chaque cycle de sommeil est accompagné de la libération de différentes hormones dont l’hormone de croissance qui est libérée principalement  pendant le sommeil lent profond des premiers cycles ce qui rend le sommeil plus important pour l’enfant et l’adolescent en croissance que chez l’adulte. Les enfants passent plus de temps que les adultes dans cette phase de sommeil.

    Endormissement normal

    • L’organisme a une tendance naturelle à l’endormissement à deux périodes de la journée :

      problèmes d'insomnie et de sommeil

      • de minuit à 7h00 (la nuit)
      • de 14h00 à 16h00 en milieu d’après-midi.
    • Si l’organisme est privé de sommeil, même au cours d’une seule nuit, il se trouvera en dette de sommeil jusqu’à ce sommeil puisse être récupéré. Si cette dette s’accumule trop, cela mènera à une somnolence excessive.
    • La seule façon d’éliminer une dette de sommeil est… par le sommeil. Aucune médication, thérapie ou autre moyen ne peut être un substitut pour le sommeil.
    • Pour des adultes n’ayant aucune difficulté à s’endormir et n’ayant pas de problèmes de sommeil, une sieste de 10 à 20 minutes le jour est recommandée. Cette durée est assez courte pour ne pas interférer avec la nuit de sommeil ou affecter la vigilance et peut être bénéfique.

    Les siestes

    Dans le mode de vie moderne ou travail, vie familiale et autres activités doivent être conciliées, le sommeil est parfois considéré comme une perte de temps et ne reçoit pas l’importance qu’il mérite

     

    Pour tout savoir sur le sommeil

    Plus du tiers de notre vie est passé à dormir. Est-ce une perte de temps? Ce temps précieux consacré au sommeil est indispensable à une bonne santé. Pourtant, une proportion importante de la population ne réussit pas à avoir un sommeil réparateur, ce qui peut avoir des conséquences désastreuses.

    ➡ Écoutez une excellente entrevue avec le Dr Pierre Mayer (« Les années lumières », Radio-Canada), pneumologue et spécialiste du sommeil, qui vient de publier un livre sur le sommeil intitulé « Dormir ; le sommeil raconté » .

    Dormir, le sommeil raconté. Apprivoiser son sommeil pour être en meilleure santé par Dr Pierre Mayer

     

    Vous trouverez dans ce livre écrit pour le grand public plusieurs réponses à des questions fréquentes sur le sommeil tel que :

    • Combien de temps devons-nous dormir?
    • Les siestes sont-elles utiles ou nuisibles?
    • Comment compenser pour une dette de sommeil?
    • Doit-on laisser les adolescents dormir tard le matin?
    • Comment les travailleurs de nuits sont affectés par le sommeil?
    • Comment fonctionne le cycle du sommeil?
    • Comment s’acclimater au décalage horaire?

    Saviez-vous que :

    • Plusieurs études ont démontré que le manque de sommeil est un des facteurs les plus importants expliquant l’épidémie de surpoids et de d’obésité que l’on voit présentement?
    • Que la somnolence est la principale cause de décès au travail?
    • Que le sommeil permet de consolider les apprentissages?
    • Qui dort dîne; le manque de sommeil augmente l’appétit!
    • Le sommeil est indispensable à la croissance des enfants et que la sécurité des adolescents est affectée par le manque de sommeil?
    • 30% des accidents de la route sont associés à la somnolence au volant?

    ➡ Écoutez une autre entrevue plus récente (mars 2015) avec Dr Pierre Mayer dont voici un bref résumé :

    Avec l’augmentation du nombre de personnes obèses, l’apnée du sommeil connaît une hausse fulgurante depuis les dernières années. Une personne sur dix en aurait des symptômes, alors qu’une personne sur cinq souffrirait d’apnée légère. Son diagnostic est désormais facilité parce qu’il peut se faire à la maison, mais son traitement par la ventilation en pression positive continue (CPAP) soulève parfois des réticences. « Notre meilleur allié est que cet appareil est de plus en plus utilisé », estime le Dr Pierre Mayer, pneumologue et directeur de la Clinique du sommeil du CHUM.

    Les éclaireurs : Entrevue : Apnée du sommeil avec le pneumologue et professeur, Pierre Mayer (L’Audio fil du samedi 7 mars 2015)


    Réf. : fondation sommeil.com, osrmedical.com, sleepapnea.org,
    American Academy of Sleep Medicine. International Classification of Sleep Disorders: Diagnostic and Coding Manual. 2e éd. Rochester, 2005

Commentaires et/ou questions (18)

  • Belin dit :

    Mon épouse a une respiration difficile et bruyante pendant son sommeil

    Bonjour,
    Si quelqu’un pouvait nous aider… nous ne trouvons nulle part la réponse à notre souci.

    Durant les nuits, mon épouse a une respiration très rapide et bruyante (pas de ronflement mais des soufflement) qui me réveille régulièrement et m’empêche de me rendormir…

    Je n’arrive pas à trouver, sur aucun site, les raisons de ce trouble de la respiration mais surtout le traitement et/ou remède. Nous avons consulté différents médecins et ceux-ci ne trouvent pas la cause de ces troubles respiratoires.

    Qui peux nous aider ? Une réponse ? Merci !!!

    • Dr Jules dit :

      Sous toutes réserves, vous semblez décrire ce qui pourrait être un trouble du sommeil mais ceci ne peut être diagnostiqué par votre simple description des symptômes.

      Vous dites que vous avez consulté « différents médecins »… et aucun n’a pensé faire passer un test du sommeil à votre épouse? C’est très surprenant car ce serait certainement une bonne façon de débuter l’investigation vu que ce que vous décrivez se produit la nuit. Même si elle no ronfle pas, elle peut avoir des épisodes d’apnée du sommeil qui diminuent la saturation en oxygène de son sang, ce qui peut affecter sa santé (et indirectement la vôtre vue que cela affecte aussi votre sommeil).
      Pour en savoir plus sur les tests du sommeil.

      Vous pouvez aussi lui demande de compléter ce court questionnaires (Epworth) en ligne qui peut peut-être aussi vous éclairer.

      Bonnes démarches et tenter de trouver un médecin familier avec le traitement des trouble du sommeil.

    • Ludivine dit :

      Bonjour,

      Je me permet de revenir vers vous concernant ces troubles de la respiration chez votre épouse,malgré le temps écoulé : avez vous trouvé l’origine de ces souffles? Et une solution pour les stopper?

      Je suis dans la même situation, je m’endors normalement, mais j expire bruyamment, ce qui réveille mon conjoint, malgré des boules quies… Mon médecin ne voit pas d’où cela peut venir, et il n’y a apparemment pas de « défaut physiques » d après les radios.

      Merci beaucoup pour votre retour!

  • Diane dit :

    Peut-on avoir un traitement d’orthodontie si on fait de l’apnée du sommeil?

    je fait de l apnée de sommeil léger a modérer j’ai 31ans et j’ai toujours eu mal a tête et mal au oreille,
    j’ai jamais négliger mes dents, j’ai décider de consulter un orthodontie et je vais me faire arracher 2 dents du coté gauche et 2 du coté droit en haut plus une dent de sagesse en haut du coté droit car il dit que mon palet est étroit un peu avancer et j’ai la mâchoire légèrement tasser vert la gauche , mes je me suis toujours demander quand on fait de l’apnée de sommeils est-ce que on peu vraiment avoir des broches

    • Dr Jules dit :

      Il n’y a pas de contre-indication à avoir des broches uniquement parce que vous faites de l’apnée du sommeil cependant vous devriez passer une polygraphie cardiorespiratoire du sommeil (PCRS) ou un test du sommeil pour faire évaluer votre apnée du sommeil qui pourrait vous causer des problèmes de santé. Vous pouvez avoir besoin de porter un CPAP si votre apnée est assez sévère.

  • Chantal Malevez dit :

    Un CPAP peut-il modifier l’occlusion?

    e suis personnellement un chirurgien maxillo–facial et j’ai été contactée par une patiente de 65 ans pour apparition de troubles de l’occlusion.
    Toutes les dents supérieures et inférieures y compris les dents de sagesse sont présentes , bonne hygiène et pas de problèmes parodontaux. La patiente porte la nuit une CPAP avec bandeaux transjugaux appuyant sur le masséter et frontaux depuis 3 ans. Elle déclare avoir des difficultés à trouver une bonne position de la mandibule et se mord les joues. Elle déclare que même manger un spaghetti est difficile. A l’examen buccal, on constate un déplacement du centre interincisif et quelque chose que je qualifierais d’une très légère bascule interne des cuspides vestibulaires de certaines dents avec apparition sur d’autres d’une inocclusion lorsque je parviens à la mettre en occlusion stable et répétitive. pas de troubles de l’ATM, pas de douleurs excepté celles dues à la morsure des joues , il y a même de petites ulcérations en regard des 3ème molaires.

    je n’ai jamais vu ce genre de problèmes. je n’ai pas non plus de moulages antérieurs au port de la CPAP. Pensez-vous que celle-ci puisse être responsable du problème? Celui qui a posé la CPAP ne semble jamais avoir vu cela non plus. Elle a depuis un an changé de modèle de CPAP mais rien n’a changé. Pour les morsures et ulcérations persistantes au niveau des 3èmes molaires , je pourrais bien entendu les extraire mais j’aimerais d’abord trouver la raison de ses modifications d’occlusion.
    Avez-vous déjà entendu parler de ce type de complication sur C-PAP ou dois-je chercher dans une autre direction.
    Bien cordialement.

    • Dr Jules dit :

      Désolé pour le retard à répondre à ce message qui s’était « égaré »…

      Votre histoire de cas est très intéressante!

      Il est connu que des changements dentaires et dans l’occlusion peuvent se produire avec des orthèses d’avancement mandibulaire portées directement sur les dents. Si une orthèse est portée plusieurs années il est presque inévitable que de tels changements se produiront inévitablement à différents degrés (plusieurs facteurs peuvent influencer ces mouvements). Une étude canadienne a démontré que 85% de 70 sujets ayant porté une orthèse d’avancement mandibulaire pendant au moins 5 ans ont eu des changements des paramètres de leur occlusion. (1)

      De tels changements avec le port d’un CPAP sont moins biens documentés probablement parce qu’ils ne se produisent que très rarement. Je ne connais pas d’étude rapportant de tels effets secondaires sur l »occlusion. Personnellement, je n’ai jamais vu de tels changements avec un CPAP mais notre expérience n’est pas aussi élaborée que celle des pneumomlogues ou inhalothérapeutes qui ont suivi des milliers de patients avec troubles du sommeil.

      Le déplacement des dents

      Pour que des dents bougent ou se déplacent, il faut qu’il y ait application d’une force sur les dents. Cette force peut provenir de la musculature orale ou péri-orale (langue, lèvres, joues, muscles de mastication, etc.) ou de toute autre source externe, mais elle doit être appliquée assez longtemps pour avoir un effet sur les dents et leur parodonte.
      Pour en savoir plus sur le déplacement des dents en orthodontie.

      Je doute fortement que le masque et les bandeaux du CPAP soient la cause directe de l’application d’une force pouvant être néfaste pour les dents.
      Par contre, et je cherche à trouver tout comme vous une explication logique, se pourrait-il que le fait de porter le CPAP modifie la position mandibulaire de la patiente de sorte qu’elle sépare plus les dents qu’auparavant et que cela permette à sa langue de se placer entre les surfaces occlusales des dents postérieures? À long terme (vous parlez d’un port pendant 3 ans…) cela pourrait être suffisant pour causer des déplacements dentaires comme une béance postérieure (absence de contacts verticaux entre les molaires, prémolaires). Nous voyons de tels problèmes en orthodontie tel qu’illustré par ces photos.

      De plus, pour vraiment conclure à des déplacements dentaires, il faut un comparatif pré CPAP (modèles d’étude, photos intra-orales, etc.).

      En conclusion, même si ce n’est pas complètement « impossible » je doute fortement que le CPAP soit la source principale et directe des changements que vous décrivez.

      Si jamais vous trouvez une solution à cette énigme, revenez la partager sur ce blogue.


      (1) Hui Chen, Alan A. Lowe et al, Three-dimensional computer-assisted study model analysis of long-term oral appliance wear.
      Part 2. Side effects of oral appliances in obstructive sleep apnea patients, Am J Orthod Dentofacial Orthop 2008;134:408-17.

      • Dr Jules dit :

        Après vérification auprès d’un collègue, il m’a mentionné avoir déjà vu un article scientifique (sans se souvenir de la référence) décrivant que le CPAP, avec son masque appuyé sur les lèvres, peut exercer une pression pouvant expliquer des déplacements dentaires.

        • Dr Jules dit :

          En continuant mes recherches, j’ai trouvé quelques groupes de discussion sur le Net où il y avait plusieurs usagers décrivant des effets sur la dentition et les mâchoires avec l’utilisation d’un CPAP.

          J’ai aussi trouvé cet article  » SMASHED FACE SYNDROME: AN UNDESIRED SIDE EFFECT OF CPAP » qui décrit comment des variables céphalométriques ont été modifiées par l’utilisation d’un CPAP dont une rétrusion du maxillaire supérieur et une diminution du décalage maxillo-mandibulaire, un recul du menton et une rétroclinaison des incisives supérieures et une diminution de la convexité faciale. Tout cela n’est pas banal es semble prouver que le CPAP peut dont avoir des effets important non seulement sur la dentition mais aussi sur les structures craniofaciales. (1)

          Un autre article (2) a comparé l’utilisation d’un CPAP et d’une orthèse d’avancement mandibulaire concernant les changements dentaires. Il y eu plus de changements dentaires significatifs avec une orthèse mandibulaire mais les deux appareils pouvaient causer une perte de contact entre les prémolaires. Ils conclurent aussi qu’il est essentiel que les patients utilisant un CPAP ou une orthèse mandibulaire soient avertis que des changements orthopédiques et orthodontiques peuvent se produire avec les deux types d’appareils.

          Il semble donc possible que certains des changements observés chez votre patiente soient reliés à l’utilisation du CPAP.

          ──────────────────

          (1) Chest. 2010 Oct;138(4):870-4. Epub 2010 Jul 8.Craniofacial changes after 2 years of nasal continuous positive airway pressure use in patients with obstructive sleep apnea.
          Tsuda H, Almeida FR, Tsuda T, Moritsuchi Y, Lowe AA.

          (2) Long-term oral appliance therapy in obstructive sleep apnea syndrome: a controlled study on dental side effects – Clin Oral Invest (2013) 17:475 – 482

  • Éric Gendron dit :

    Je fais de l’apnée centrale et importants ronflements
    Est-ce que le traitement par CPAC peut améliorer cette état?

    • Dr Jules dit :

      Le CPAP force de l’air (et oxygène) dans vos voies respiratoire et aide à respirer pendant le sommeil, améliorant l’oxygénation du sang, etc.
      Cela n’éliminera pas les apnées centrales qui sont une « commande » du cerveau d’arrêter de respirer mais les effets des arrêts respiratoires dont la diminution de l’oxygénation du sang, peuvent être améliorés significativement.

      LeE CPAP n’aura probablement pas beaucoup d’effet sur les ronflements mais cela dépend de la cause principale de ces ronflements. Un pneumologue ou inhalothérapeute travaillant avec ces appareils pourra mieux vous informer.

  • Lise Pomminville dit :

    Coût d’une orthèse d’avancée mandibulaire

    bonjour Jai fait un test du sommeil mais l’appareil CPAP ne peut fonctionner pour moi car j’ai une malformation au clapet on me suggère une prothèse mandibulaire combien peut couté cette appareil environ et quel est le délais de fabrication merci

    • Dr Jules dit :

      Il peut y avoir une grande variation dans le coût des orthèses d’avancée mandibulaire selon le modèle utilisé, qui le fait, si du matériel diagnostique dentaire est pris, le suivi qui est inclus dans le traitement, où vous demeurez (province, pays), etc.

      Le coût peut varier de plusieurs centaines de dollars à plus de 2 500 $ selon les critères énumérés précédemment.

      tag #coût

  • B. Berarache dit :

    Bonjour Docteur?

    j ai un problème allergique au nez qui se développe et évolue avec l humidité et le froid,
    Alors durant les périodes humides et froides de l année, je respire beaucoup par la bouche ( nez toujours bouche).

    Est ce que cela a des conséquences sur les dents?

    Salutations

    • Dr Jules dit :

      Une respiration buccale assèche les gencives et peut faciliter l’accumulation de plaque dentaire mais si vous maintenez une hygiène buccodentaire impeccable, cela ne devrait pas avoir de conséquences pour vos dents.

  • Laurent Bonhomme dit :

    Dormir sur le ventre avec une orthèse d’avancée mandibulaire?

    Bonjour Docteur,

    J’ai été diagnostiqué d’une apnée modérée du sommeil. Je vais devoir porter une orthèse d’avancement mandibulaire mais je dors sur le ventre. J’ai lu dans certains articles sur le net que dans ce cas les orthèses d’avancement mandibulaire étaient déconseillées. Est-ce vraiement le cas?

    Merci par avance,

    Laurent

    • Dr Jules dit :

      Je ne crois pas qu’elles soient nécessairement déconseillées mais il eut être plus difficile de s’y habituer et de la garder en bouche s’il y a une pression sur le menton ou la mandibule (pression de l’oreiller par exemple). Des trucs de thérapie positionnelle peuvent vous aider à dormir plus sur le côté ou sur le dos et augmenter l’efficacité d’une telle orthèse. Assurez-vous cependant de d’utiliser une orthèse d’avancée mandibulaire faite par un professionnel dentaire qualifié dans ce domaine pour maximiser vos chances de succès et minimiser les problèmes potentiels associés à une orthèse mal conçue et mal supervisée.

      Le port d’une orthèse d’avancée mandibulaire a peut-être certains désavantages mais si vous ne pouvez ou volez porter un CPAP, il n’y a pas beaucoup d’alternatives (sous toutes réserves et selon la nature exacte de votre problème (diagnostic)). Assurez-vous seulement de faire affaire avec un professionnel compétent.

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (16 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Prévenez-moi quand de nouveaux commentaires sont ajoutés.