• Les bébés doivent-ils faire leur sieste à la pénombre ou à la clarté du jour?

    Beaucoup de parents ont tendance à croire que le sommeil de jour devrait se passer à la grande clarté chez leur nourrisson.  De fait, avant l’âge de 4 à 6 semaines, le cerveau du bébé ne différencie pas les heures de nuit des heures de jour. La luminosité ne vient donc pas nuire à la qualité de son sommeil.  On voit alors des bébés dormir aussi bien à la clarté du jour qu’en pleine nuit.Quand l’heure du coucher de l'enfant devient interminable
    Cependant, lorsque bébé atteint  l’âge de 8 semaines et plus, lui permettre de dormir dans la clarté lui envoie un message contradictoire.  De fait, la clarté devient vite associé à « je suis dans un espace de jeu et plaisir » tandis que la noirceur, « je suis dans un espace peu stimulant ».  Étant donné que s’endormir et se rendormir réclame le moins de stimuli possible autant sur le plan visuel, qu’auditif, que kinesthésique, il convient de diminuer tout source de stimuli durant les périodes de sommeil, par exemple :

    Sur le plan visuel :

    • en plus de fermer la toile à la fenêtre ou les volets, il convient d’éviter qu’un jouet dans son environnement de sommeil le stimule, par exemple, le mobile au-dessus de son lit ou un faisceau lumineux projetant des étoiles au plafond ou encore tout autre jouet, autre qu’un toutou ou son doudou.

    Sur le plan auditif :

    • lors du rituel, quelques minutes avant le dodo, la musique peut être un moyen de calmer bébé et de l’apaiser, cependant, il convient d’éviter qu’il s’endorme avec de la musique dans la pièce ou encore à l’aide d’un bruit émis par un jouet ou un instrument quelconque (bruit blanc).  Il va de soi qu’en dehors de la pièce où il dort, il est important que le parent puisse continuer de vaquer à ses occupations et faire du bruit qui relève du quotidien (écouter la télévision ou la radio, prendre sa douche, activer le lave-vaisselle, parler au téléphone ou à une personne présente, etc…).

    Sur le plan kinesthésique :

    • le toucher est essentiel afin que le bébé et son parent ressentent leur besoin affectif comblé, cependant il convient d’éviter de le bercer pour l’endormir, de lui tenir la main, de la flatter ou de le tapoter, dans le but évidemment de l’endormir.  Bercer, cajoler, masser et caresser bébé pendant le rituel avant le dodo est un temps idéal pour lui démontrer votre affection.

    Sommeil des enfants à la calrté ou à la noirceur / pénombre?Au point de vue physiologique, nous (la science) savons maintenant qu’il y a un système à l’intérieur du cerveau qui utilise la lumière et la noirceur pour contrôler le niveau de certaines hormones. C’est le cas de la mélatonine, couramment désignée comme étant l’hormone du sommeil. La mélatonine, fabriquée par la glande pinéale (aussi appelée épiphyse), est presque indécelable dans le sang lorsque la clarté du jour est présente. Elle commence à être sécrétée à mesure que la lumière diminue.  Grâce à la mélatonine,  petits et grands éprouvent le besoin d’aller dormir afin que le corps puisse se régénérer. Si le taux de mélatonine est élevé, nous nous sentons somnolents et en perte d’énergie.

    Il est donc essentiel que les activités et les repas soient dans des lieux très éclairés afin que les bébés et les enfants demeurent éveillés et énergiques. Dès que les yeux captent moins la lumière, le niveau de mélatonine augmente. Voilà pourquoi, il est donc important de créer une pénombre en baissant les toiles des fenêtres ou les volets lors de la sieste et du dodo de nuit (par exemple lors des soirées encore très ensoleillées) pour favoriser le sommeil.

    Enfin, rassurez-vous, l’horloge interne, un autre élément physiologique important dans la mise en place de bonnes habitudes de sommeil, fonctionne sur un cycle de 24 à 25,5h.  Il ne peut donc y avoir de confusion entre le sommeil de jour et de nuit (pour le cerveau qui gère le sommeil), même si les dodos de jour se font dans une pénombre, parfois semblable à la noirceur de la nuit, lors des journées moins ensoleillées.  Enfin, si bébé dort plus de 3h consécutives à la sieste, il est important de se questionner : cherche-t-il à combler un déficit en sommeil ou encore couve-t-il une petite maladie, etc.

     

    Brigitte Langevin – Collaboratrice infoSommeil.ca
    Auteure, conférencière et formatrice agréée
    Spécialisée dans le domaine du sommeil
    Experte en éducation au sommeil
    www.brigittelangevin.com

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Prévenez-moi quand de nouveaux commentaires sont ajoutés.