• Chirurgies

    Si le traitement par ventilation CPAP ne fonctionne pas ou n’est pas bien toléré, une opération chirurgicale peut être envisagée pour les cas d’apnées les plus sévères.

    Efficacité des chirurgies

    • Plusieurs types d’opérations destinées à réduire les ronflements et les apnées existent mais leur efficacité est relativement faible et les apnées ont tendance à réapparaître quelque temps après l’intervention
    • Il n’existe pas suffisamment de données probantes ces interventions soient recommandées aux personnes souffrant d’une apnée du sommeil qui n’est que légère ou modérée.
    • La chirurgie n’est pas efficace pour tout les patients. Elle peut parfois améliorer les symptômes mais, pour certains cas, elle peut même empirer votre cas l’apnée du sommeil ce qui ne rend rarement ces procédures un traitement de premier choix.

    Chirurgies des voies aériennes supérieuresSociété canadienne thoracologie

    Voici les directives de la Société canadienne de thoracologie concernant les chirurgies des voies aériennes supérieures pour le traitement des troubles respiratoires du sommeil chez l’adulte (2005). (5)

    • La présence d’amygdales hypertrophiées ou volumineuses chez une personne souffrant du syndrome d’apneé-hypopneé obstructive du sommeil (SAHOS) justifie une consultation avec un ORL pour une éventuelle amygdalectomie.
    • Le SAHOS doit être exclu chez les patients qui envisagent une opération des voies aériennes supérieures pour cause de ronflement.
    • Les patients qui se voient proposer une opération du palais pour le ronflement doivent être informés des taux d’échec et de réussite de la procédure envisagée et du risque de problèmes d’utilisation d’un PPC par la suite s’ils développent un SAHOS.
    • L’uvulopalatopharyngoplastie (UPPP) peut être envisagée chez certains patients souffrant de SAHOS qui n’ont pu être soulagés par le traitement PPC (CPAP) et/ou par un appareil buccal. Cette technique chirurgicale dans laquelle du tissu du palais ou de l’arrière de la gorge est enlevé afin d’augmenter le volume des voies respiratoires était surtout utilisée dans les années 1980-1990 pour le traitement du ronflement simple et du syndrome d’apnée du sommeil modéré. Ce traitement est maintenant délaissé au profit de traitements, chirurgicaux ou non qui sont moins invasifs.
    • L’uvulopalatoplastie au laser est une procédure similaire à l’UPPP mais moins invasive n’est pas une procédure recommandée pour le traitement du SAHOS car plusieurs études ont démontré son inefficacité pour traiter le ronflement et l’apnée du sommeil.
    • Une trachéostomie ne doit être envisagée que pour certains patients souffrant de SAHOS qui sont soigneusement sélectionnés après l’échec de tous les autres alternatives de traitements.
    • Une chirurgie orthognathique ou maxillomandibulaire peut être efficace pour certains patients souffrant de SAHOS qui n’ont pas été traités efficacement par la PPC (CPAP) et/ou par un appareil buccal.
    • Pour la plupart des formes de chirurgie des voies aériennes supérieures, les bénéfices dans le traitement du SAHOS n’ont pas été démontrés par des essais cliniques contrôlés. Les nouvelles procédures ou celles non validées doivent être considérées comme expérimentales et être rigoureusement testées par des études de recherches avant d’être utilisées à grande échelle en pratique clinique.
    • Chirurgie du nez et des sinus : Peut-être utile lorsque les apnées sont liées à une anomalie de la cloison nasale et/ou des sinus , ce qui gêne la respiration.

    Chirurgie pour la perte de poids

    • Si l’apnée du sommeil est causée en partie par une obésité importante, la perte de poids peut d’agir favorablement sur les apnées. Des études ont démontré que la chirurgie bariatrique, qui consiste à restreindre les apports de calorie et/ou à faire en sorte que ces calories ne soient pas assimilées par l’organisme, permet de réduire la gravité des apnées. Cette option est cependant réservée aux obésités graves.

    Médication

    Bien qu’aucun médicament ne puisse éliminer l’apnée du sommeil, certains traitements peuvent aider à réduire les apnées en soignant la cause. Par exemple :

    • L’utilisation de corticoïdes par voie nasale peuvent réduire le nombre d’apnées s’il est déterminé que les apnées sont dues à une rhinite allergique.
    • La prise d’un médicament anti-reflux (de type omeprazole) peut aider à réduire les apnées chez des personnes ayant un reflux gastro-oesophagien qui aggrave les apnées.
    • Pour ceux chez qui la somnolence est significative en fin de journée,malgré un traitement à l’aide d’un CPAP, des médicaments stimulants peuvent être prescrits.

    Apnée du sommeil et anesthésie

    • Les patients souffrant d’apnée du sommeil (SAOH)courent des risques accrus d’intubation endotrachéale difficile.
    • Les médicaments administrés pendant lors de l’anesthésie et pendant la période postopératoire peuvent augmenter la gravite? du SAHOS après une opération.
    • Les patients souffrant d’apnée du sommeil doivent débuter un traitement avant toute opération. Lorsqu’un patient est traité par PPC (CPAP) avant une opération, il doit continuer sa thérapie immédiatement après l’opération.(5)

     

    Procédure de radiofréquences

     

     

    Chirurgie orthognathique

Commentaires et/ou questions (2)

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (Aucune évaluation)
Loading...

Laisser un commentaire

Prévenez-moi quand de nouveaux commentaires sont ajoutés.