Prendre un
rendez-vous
  • Les troubles du sommeil; pourquoi est-ce important?

    Pourquoi est-il important d’identifier, détecter et traiter les troubles qui peuvent affecter le sommeil? Parce que tout ce qui peut affecter la qualité du sommeil a le potentiel d’influencer votre santé. De plus, tout ce qui peut affecter la respiration pendant le sommeil peut avoir un impact encore plus grand. Un trouble respiratoire comme l’apnée du sommeil est souvent très invalidant et peut, dans certains cas extrêmes,  entraîner la mort.

    Troubles respiratoires du sommeil

    Les troubles de respiration pendant le sommeil sont relativement fréquents dans la population générale. L’apnée du sommeil est une maladie fréquente dont la prévalence est sous-estimée.

    Des éveils ou micro-éveils pendant la nuit, qu’ils soient conscients ou inconscients conduiront, avec le temps, à des manifestations cliniques qui affecteront la santé et la qualité de vie de ceux qui sont affectés par des troubles du sommeil, ce qui peut avoir des conséquences sociales significatives.

    Il existe plusieurs types de troubles du sommeil mais ceux qui affectent respiration, les troubles respiratoires du sommeil, sont les plus communs et sont malheureusement non diagnostiqués la plupart du temps.

     

    Qu’est-ce qu’un trouble respiratoire du sommeil?

    Le National Institutes of Health (NIH) américain définit un trouble respiratoire du sommeil (TRS) comme étant tout type ou degré d’obstruction qui se produit dans la cavité nasale ou la voie respiratoire orale pendant le sommeil.

    Un de ces troubles, l’apnée obstructive du sommeil (AOS), aussi connu sous le nom du syndrome de l’apnée obstructive du sommeil (SAOS), est un problème très invalidant qui peut même, dans certains cas, causer la mort. Le plus souvent, ce syndrome non traité peut contribuer au développement de problèmes de santé très sérieux comme l’hypertension, des problèmes cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux (AVC), le diabète et la dépression.

    Qu’est-ce que l’apnée du sommeil

    Définition

    L’apnée du sommeil est un trouble respiratoire du sommeil caractérisé, soit par des arrêts fréquents de la respiration (apnée) ou une diminution du flux respiratoire (hypopnée) causée par une obstruction complète ou partielle des voies respiratoires supérieures. Ce syndrome est aussi appelé syndrôme d’apnée-hypopnée du sommeil (SAHS) ou syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) lorsque l’apnée est associé à une obstruction des voies respiratoires supérieures.

    Présentement, il n’existe pas de consensus parmi les spécialistes des troubles respiratoires du sommeil concernant la définition de l’hypopnée. Elle a été définie comme étant un évènement respiratoire anormal d’une durée minimale de 10 secondes causant  une réduction d’au moins 30 % du débit respiratoire ou des mouvements thoraco-abdominaux, par rapport à une valeur de base, et qui s’accompagne d’une désaturation en oxygène sanguin d’au moins 4 %. (5)

    Le manque de ventilation qui en résulte est associés à des manifestations cliniques comme une somnolence diurne excessive et parfois des endormissements incontrôlables.
    D’autres symptômes comme le ronflement, des céphalées matinales et la constatation d’apnées et d’irrégularités du sommeil par l’entourage sont associés au SAOS.

    • La personne souffrant d’apnée voit sa respiration diminuer significativement ou même s’arrêter complètement pendant son sommeil.
    • Un épisode d’apnée est, par définition, un arrêt respiratoire qui dure au moins 10 secondes tandis que l’hypopnée réfère à une diminution  de 50% de l’amplitude respiratoire d’une durée  de 10 secondes  ou plus et accompagnée d’une désaturation du niveau d’oxygène sanguin de 3% ou plus associé à  des micro-réveils. Il n’y a pas assez d’air qui se rend aux poumons même si la personne tente de respirer.
    • Ceci peut se produire pendant 10, 20 secondes ou plus longtemps et ces arrêts respiratoires peuvent se répéter 20, 30 fois ou plus par heure. Un test du sommeil, appelé polysomnographie ou polygraphie (selon les éléments évalués et mesurés), d’une durée d’au moins 6 heures est la méthode utilisée pour évaluer le sommeil.
    • L‘index d’apnées-hypopnées (IAH) est le standard utilisé pour référer au nombre  d’épisodes d’apnées et d’hypopnées pendant une heure de sommeil et correspond à la somme des épisodes d’apnées + d’hypopnées.
    • Ceci diminue te taux d’oxygène sanguin. La respiration reprend avec un sursaut et une sensation d’étouffement.
    • Ces cycles d’arrêts respiratoires perturbent le sommeil en ramenant le dormeur dans un état de sommeil léger plusieurs fois par nuit empêchant le sommeil de jouer son rôle régénérateur.
    • L’apnée peut être accompagne de ronflement mais pas nécessairement.

    Causes

    Deux causes principales peuvent expliquer une apnée pendant le sommeil :

    Obstruction

    • L’apnée peut être « obstructive » si elle est accompagnée d’une obstruction ou associée à un syndrome métabolique. On parle alors d’un syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), ou AOS). C’est le type d’apnée du sommeil le plus commun.Dormir sur le dos peut contribuer à l'obstruction des voies respiratoires supérieures et exacerber l'apnée du sommeil.
    • Une cause fréquente contribuant à l’obstruction est l’embonpoint. 60% des adultes obèses sont affectés par l’apnée du sommeil et un gain corporel de seulement 4 kg peut faire passer un individu de la catégorie d’apnée modérée à sévère, ce qui n’est pas banal.
    • D’autres facteurs pouvant contribuer à l’apnée du sommeil obstructive sont la présence :
      • d’amygdales volumineuses obstruant le passage de l’air,
      • d’un excès de tissus gras dans la gorge chez les personnes obèses,
      • d’un voile du palais trop long,
      • d’une mâchoire inférieure trop courte ou reculée (rétrognathie mandibulaire).
    • Une apnée obstructive nécessite des efforts respiratoires afin de lutter contre une obstruction dans les voies respiratoires supérieures (nez, bouche, pharynx et larynx).
    • L’obstruction peut varier en sévérité et peut être due à l’âge (vieillissement), à une malocclusion, un déséquilibre hormonal, le diabète, des tissus adénoïdiens volumineux (amygdales, végétations) ou un excès de poids. Le bruxisme est aussi associé aux troubles respiratoires du sommeil.
    • Dormir sur le dos peut contribuer à l’obstruction des voies respiratoires supérieures et exacerber l’apnée du sommeil.
    • On estime que près de 10% de la population serait affectée par ce type d’apnée du sommeil dont 85% ne le savent pas (ne sont pas diagnostiquées)! Autant de personnes seraient affectées par cette maladie que par l’asthme.

    Cause neurologique

    • La cause de l’apnée peut aussi être neurologique s’il y a une anomalie au niveau du contrôle de la respiration dans le système nerveux central. Cette condition ne nécessite pas d’effort supplémentaire pour l’inspiration comme lors d’une obstruction. On réfère alors à un « syndrome d’apnées centrales du sommeil » (SACS)

    Respiration pendant le sommeil

    Respiration normale

    Lors de la respiration normale, l’air transporte l’oxygène (O2) aux poumons (inspiration) tandis que le gaz carbonique (CO2) est éliminé par l’expiration (E à G). Cet échange maintient un niveau d’oxygène idéal dans le sang (saturation sanguine d’oxygène). L’apnée du sommeil ne permet pas de maintenir un niveau d’oxygène adéquat, ce qui a plusieurs conséquences. Une désaturation de l’oxygène sanguin de seulement 3% est considérée problématique.

    Obstruction partielle

    Expiration respiration échange gazeux

    En présence d’une obstruction des voies respiratoires  supérieures (A ), l’air et l’oxygène (O2) ne peuvent se rendre aussi bien aux poumons. Ceci permet l’accumulation de gaz carbonique (CO2) (B).  Après un certain temps en apnée ou hypopnée, le cerveau enverra un signal pour forcer à respirer à nouveau (apport d’oxygène) et éliminer le gaz carbonique (C et D).

    Quelques faits concernant l’apnée du sommeil

    • La prévalence peut varier de 0,3 à 5 et même 10% de la population générale, selon les études. (1) Selon la définition utilisée  le SAOS peut affecter jusqu’à 20% de la population générale. (4)
    • Les troubles du sommeil, incluant l’apnée du sommeil, sont devenus un problème que l’on considère maintenant comme sérieux.
    • Aux États-Unis, on estime que plus de 22 millions de personnes souffrent du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) dont 80% des cas d’apnée du sommeil modérés à sévères demeurent non diagnostiqués. En d’autres mots, la grande majorité des gens affectés par ce problème ne le savent pas. L’American College of Physicians rapporte que jusqu’à 90% des gens seraient non diagnostiqués.
    • À cause de la somnolence qui peut en résulter, il peut être la cause d’accidents de travail et de la route.
    • L’apnée du sommeil peut affecter les gens de tout âge, incluant les jeunes enfants et adolescents,  mais est plus commune chez les personnes de plus de 40 ans qui ont un surplus de poids ou sont obèses. Avant l’âge de 60 ans, ce sont surtout les hommes qui en sont affectés.
    • L’apnée obstructive du sommeil affecte 2 % des femmes et 4 % des hommes âgés de 30 à 60 ans.
    • Ce problème n’est pas un symptôme mais bien une maladie qui doit être prise très au sérieux.
    • Plus du quart des gens souffrant d’hypertension ( 27 à 47 %) sont affectés par un SAOS.
    • Certains considèrent que le manque de sommeil est un facteur contribuant à l’obésité au même titre que l’excès de nourriture et le manque de sommeil.
    • Le SAOS est une maladie sous diagnostiquée qui est souvent confondue avec la dépression
    • On sait que certaines maladies et habitudes nocives pour la santé peuvent réduire notre espérance de vie mais il est surprenant de comparer ces problèmes aux conséquences potentielles de l’apnée du sommeil obstructive;
      • Le tabagisme peut réduire l’espérance de vie par 7 à 10 ans chez les homme
      • Le diabète de type 2 par 5-10 ans;
      • Mais… l’apnée du sommeil obstructive non traitée  (SAOS) peut réduire l’espérance de vie par plus de 12 années et le risque de mourir à cause de l’apnée du sommeil est augmenté de presque 50% (46-49%). De plus l’AOS contribue souvent au développement du diabète de type II à cause des effets néfastes que sur le métabolisme en perturbant la sécrétion d’hormone de croissance qui n’est plus secrétée le stage du sommeil profond n’est pas atteint. (6)

    Les symptômes

    Les principaux symptômes de l’apnée obstructive du sommeil sont :

    • fatigue et somnolence le jour, sans explication;Symptômes de l'apnée du sommeil et obstruction des voies respiratoires
    • endormissements fréquents et incontrôlés;
    • ronflement et interruptions de la respiration pendant le sommeil.

    D’autres signes et symptômes peuvent inclure :

    • pression artérielle est élevée;
    • irritabilité;
    • sensation de suffocation ou d’étouffement la nuit;
    • fatigue extrême;
    • dépression;
    • difficultés de concentration;
    • baisse de résultats scolaires (enfants);
    • maux de tête le matin;
    • troubles de mémoire;
    • problèmes érectiles (impuissance)
    • La gravité du SAHOS inclut 2 éléments; la sévérité de la somnolence durant la journe?e et celle des anomalies respiratoires nocturnes. (5)

    Les conséquences

    Non seulement les personnes atteintes de SAOS voient leur qualité de vie atteinte mais celle de leur entourage est aussi affectée.
    Les apnées du sommeil affectent la qualité du sommeil ce qui peut :

    • diminuer le sommeil profond et paradoxal et causer des micro-éveils,
    • causer une somnolence diurne excessive,
    • causer de l’irritabilité, une baisse de la libido ou un état dépressif,
    • diminuer la pression partielle d’oxygène du sang provoquant une dénaturation en oxygène. Ceci cause une hypoxie chronique pouvant mener à une hypertension artérielle et autres troubles cardiovasculaires.

    Diagnostic

    Le meilleur moyen de diagnostiquer l’apnée du sommeil et d’autres problèmes du sommeil est à l’aide d’un test appelé « polysomnographie » (PSG). Ce test peut être fait dans une « laboratoire du sommeil », qui est une clinique où l’on peut passer la nuit. Certains tests partiels peuvent être faits à l’aide d’un appareil portable que le patient peut utiliser à la maison pour monitorage à domicile. Ceci permet d’évaluer  le taux d’oxygène, le flux de l’air dans le nez et la bouche, les variations respiratoires ainsi que le ronflement.

    Le diagnostic est basé sur la présence d’un nombre excessif d’évènements (apnées et hypopnées) constaté au cours de l’enregistrement polysomnographique. Ce test peut mesurer les éléments suivants :

    • l’activité du cerveau
    • les phases du sommeil (durée, éveils, etc.)
    • les mouvements des yeux
    • le tonus musculaire
    • le pouls
    • les mouvements des jambes
    • la respiration
    • le flux de l’air
    • les mouvements de la poitrine et de l’abdomen
    • le taux d’oxygène dans le sang.

    Auto-évaluationDépistage des troubles respiratoires du sommeil et de l'apnée du sommeil

    Certains tests et questionnaires de dépistage rapides peuvent vous donner une idée de votre facteur de risque à avoir de l’apnée du sommeil en vous permettant d’évaluer votre niveau de somnolence pendant la journée et vous indiquer si vous devriez consulter pour poursuivre votre évaluation.

    Souvenez-vous que près de 10% de la population générale souffre d’apnée du sommeil mais ~ 85% des gens affectés ne le savent pas car ils n’ont pas été diagnostiqués.

    :arrow: Pour en savoir plus et évaluer votre degré de somnolence.

    L’apnée du sommeil, ça ressemble à quoi?

    Exemple d’un patient apnéique en action!

    La « British Lung Foundation » a récemment rendu publique la vidéo d’un homme filmé pendant un test de sommeil (polysomnographie). On y voit le patient littéralement arrêter de respirer pendant 40 secondes avant de reprendre sa respiration dans un soubresaut. Ces épisodes apnéiques se produisent plusieurs fois par heure tout au long de la nuit. Pendant l’arrêt respiratoire, son taux d’oxygène sanguin diminue et son rythme cardiaque augmente (tout cela est mesuré simultanément pendant la polysomnographie).

    Essayez de retenir votre souffle aussi longtemps que lui en visionnant la vidéo, vous constaterez que cela ne se fait pas sans « effort »!Cet homme d’âge moyen est un opérateur de machinerie dangereuse et il est fréquemment fatigué pendant son quart de travail. Après avoir été traité avec un CPAP, il est redevenu alerte au travail et peut fonctionner normalement.

    Essayez de <strong>retenir votre souffle</strong> aussi longtemps que lui en visionnant la vidéo, vous constaterez que cela ne se fait pas sans « effort »!

    Cet homme d’âge moyen est un opérateur de machinerie dangereuse et il est fréquemment fatigué pendant son quart de travail. Après avoir été traité avec un CPAP, il est redevenu alerte au travail et peut fonctionner normalement.

    Découverte : Reportage sur l’apnée du sommeil

    Voyez ce court reportage de l’émission Découverte qui vous apprendra beaucoup sur l’apnée du sommeil. Entre autre, vous y verrez :

    • Une introduction de Charles Tisser, souffrant lui-même d’apnée du sommeil
    • Une femme aux prises avec de l’apnée du sommeil légère et qui décrit ses problèmes de mémoires, problèmes de concentration, l’irritabilité, la fatigue diurne, la difficulté à conduire, etc. dont elle souffre.
    • Un travailleur souffrant d’apnée obstructive sévère et qui cesse de respirer de 30 à 40 fois à l’heure pendant son sommeil. Il arrête de respirer de 20 à 30 secondes par minute! Un pneumologue décrit l’effet que cela peut avoir sur son cœur et sa pression artérielle.
    • Une entrevue avec les pneumologues Frédéric Sériès et Pierre Mayer.

    De plus, vous y apprendrez que :

    • Au Québec, 20% des accidents de la route sont attribuables à la somnolence au volant.
    • Une réduction de 10% du poids corporel peut diminuer de 30% les épisodes apnéiques (arrêts respiratoires) chez les personnes affectées.
    • Plusieurs dépressions cachent un problème d’apnée du sommeil.
    • Le manque de sommeil engendre la faim, ce qui stimule la consommation de nourriture et favorise l’embonpoint et l’obésité. Ceci, en retour, favorise l’apnée du sommeil qui elle favorise l’apnée du sommeil créant ainsi un cercle vicieux dont il est difficile de sortir.
    • 60% des patients atteints d’insuffisance cardiaque souffrent d’apnée du sommeil et le traitement de leur apnée améliore leur condition cardiaque de façon marquée.
    • Même phénomène pour les personnes souffrant d’hypertension résistante (prise de 3 médicaments ou plus); L’apnée du sommeil est présente dans 83% des cas. Le traitement de l’apnée permet de contrôler l’hypertension dans 100% des cas, ce qui est plus efficace que la prise de n’importe quel médicament.

    Illustration vidéo et graphique de l’apnée du sommeil

    Voici un autre exemple qui illustre de façon plus graphique comment l’obstruction des voies respiratoires empêche le passage de l’air et l’oxygénation normale. Le cerveau détecte éventuellement l’apnée et envoie un signal pour la reprise de la respiration qui se fait accompagnée d’un soubresaut.

    Pourquoi ronfler n’est pas banal!

    Le ronflement peut indiquer la présence d'apnée du sommeil et autres troubles du sommeil. Écoutez cette courte entrevue expliquant pourquoi le ronflement ne doit pas être pris à la légère car il peut indiquer la présence de problèmes de santé beaucoup plus sévères, dont l’apnée du sommeil.
    Source : Servicevie.com

    :arrow: Pour voir des exemples (vidéos) de personnes souffrant d’apnée du sommeil.

    L’apnée du sommeil, pas seulement chez les adultes

    Le enfants, même très jeunes, peuvent aussi souffrir d’apnée du sommeil, ce qui peut avoir un effet important sur leur croissance et développement.

    Pour voir une vidéo assez impressionnante d’un jeune enfant souffrant d’apnée du sommeil  et en savoir plus sur les troubles du sommeil chez les enfants.


    Réf.érences :

    acsdd.org, www.poumon.ca, British Lung Foundation
    Sleep Disorders Dentistry is the dental management of sleep breathing disorders with Oral Appliance Therapy (Alameda & Lowe, 2009; Epstein et al., 2009; Lazard et al., 2009; Ng et al., 2005). Association pulmonaire canadienne, Le médecin du Québec, vol. 43, no 5, mai 2008.
    (1) Young, Peppard et coll. Epidemiology of Sleep Apnea American Journal of Respiratory and Critical Care 2002
    Dormir -Le sommeil Raconté, Dr Pierre Mayer, éditions Pierre Tisseyre, 2012
    (4) Rev Med Suisse 2009;5:1890-1894 – Oxymétrie nocturne au cabinet du médecin de premier recours
    (5)  Directives de la Société canadienne de thoracologie : Diagnostic et traitement des troubles respiratoires du sommeil de l’adulte. Can Respir J Vol 14 No 1 January/February 2007
    (6) Vumedi webinar ; Identification, Diagnosis and Dental Treatment of Sleep Related Breathing Disorders – Patient Identification, Case Studies by Daniel Tache, august 2013
    Jennum P., Riha, L. Epidemiology of sleep apnoea/hypopnoea syndrome and sleep-disordered breathing. Eur Respir J. 2009 Apr;33(4):907-14.

  • Anik dit :

    Je souffre d’apnée du sommeil et mon fils « hyperactif » me tient réveillée toute la nuit

    Bonjour.
    j’aurais quelques question.
    Moi je souffre d’apnee et j’ai beaucoup de misère à récupérer le sommeil. Donc j’aurais vraiment besoin ce qui fait que je suis fatiguer en permanence et je m’endors facilement partout des que je le peux. Je n’est jamais fait de test pour sa mais je croit que je suis un cas grave et malheureusement je suis incapable d’avoir un rendre vous avec mon docteur. SVP aider moi.


    Pour ce qui est de mon fils il a 4 ans, il a une routine stable à 7h30 on le couche mais il peut ce lever 100x dans une soirée pour plein de chose inutile ou pour nous donner un baisé. Nous somme à bout de tout. La plupart de ce temps il peut nous tenir sa jusqu’à 3 heure AM et ses vraiment épuisant. Il ne peut s’empêcher de bouger et toucher à tout.

    SVP votre aide nous sauverais surement la vie, nous somme à bout de ressources

    • Jules Lemay dit :

      Nous communiquerons avec vous pour vous expliquer ce qui peut être fait pour vous dans le diagnostic de troubles du sommeil et, selon les résultats obtenus, quelles sont les options de traitement si c’est indiqué.
      Voici un lien vers un simple test ou questionnaire d’évaluation qui nous donnera une idée de l’importance de votre problème de somnolence (Test d’Epworth). Vous pourrez nous transmettre votre score dès que vous l’aurez fait. Par la suite nous évaluerons la possibilité de vous faire passer un « test du sommeil » (polygraphie) par l’entremise d’un CLSC de votre région ou d’une autre façon.

      Pour les problèmes de sommeil de votre enfant qui se réveille très souvent et vous garde éveillée, je transmettrai votre commentaire à notre collaboratrice Mme Brigitte Langevin qui est spécialisée dans le domaine du sommeil et experte en insomnie comportementale. Elle sera plus habileté que moi pour vous conseiller sur ce sujet. Nous avons commencé à publier certaines de ses chroniques sous l’onglet « Enfants » de ce site.

    • Bonjour Anik,
      En effet ce comportement est présent chez bien des enfants lorsqu’ils se retrouvent dans un lit d’appoint, c’est à dire avec la liberté de se relever aussi souvent qu’ils le souhaitent. Il s’agit du syndrome de rappel, c’est à dire que l’enfant trouve mille et un raisons de se relever pour éviter de se laisser aller au sommeil, ce qui est moins agréable, il va de soi, que de passer quelques minutes supplémentaires avec maman et papa. Cependant, comme vous le constatez, c’est l’épuisement qui l’amène au sommeil, et les soirées sont alors difficiles pour toute la famille, sans parler du comportement de l’enfant désagréable le lendemain matin par manque de sommeil.

      Le rôle des parents, dans ce genre de situation, est de limiter les déplacements de l’enfant à sa chambre à coucher uniquement, en l’avisant, à l’avance bien entendu, de ce que vous mettrez en place, afin qu’il ait l’impression de décider et d’avoir un choix. Voici un article qui explique une stratégie que vous pourrez mettre en place pour soutenir votre fils dans la problématique soulevée. La constance, la persévérance et surtout la cohérence de vos actions sont des éléments de succès lors d’une telle démarche.

      Brigitte Langevin, auteure
      Conférencière et formatrice agréée
      Spécialisée dans le domaine du sommeil
      Experte en insomnie comportementale

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Prévenez-moi quand de nouveaux commentaires sont ajoutés.